S'abonner
Innovation

Symbio et Schaeffler produiront des composants de piles à combustible

Publié le 20 juin 2022

Par Nicolas Girault
2 min de lecture
La coentreprise de Michelin et Forvia s'allie à Schaeffler pour fabriquer des plaques bipolaires des piles à combustible. Symbio et l'équipementier créent Innoplate afin de se positionner dans le domaine de ces composants stratégiques pour motoriser les véhicules à hydrogène.
Innoplate fabriquera des plaques bipolaires de nouvelle génération exclusivement pour Symbio et Schaeffler. ©Schaeffler

Haguenau (Bas-Rhin) accueillera une usine de production de plaques bipolaires de piles à combustible de nouvelle génération dès 2024. Cette décision a été annoncée par les équipementiers automobiles Schaeffler et Symbio, mardi 7 juin 2022. Ils se sont entendus pour créer la coentreprise Innoplate. Celle-ci doit "industrialiser la production de plaques bipolaires à grande échelle", avec un investissement de plus de 100 millions d'euros d'ici 2030, ont indiqué les partenaires lors d'une conférence de presse.

A lire aussi : Michelin et Symbio intègrent la MissionH24

Les plaques bipolaires, empilées par centaines avec des membranes (échangeuses de protons) dans une pile à combustible, permettent de produire l'électricité pour alimenter le moteur électrique d'un véhicule à hydrogène par exemple. Schaeffler, spécialiste allemand de l'emboutissage, produisait déjà des plaques pour les électrolyseurs et les piles à combustible à Haguenau, où le groupe a son siège français. Ce partenariat avec Symbio – co-entreprise fondée en 2019 par Faurecia et Michelin pour les motorisations à hydrogène – lui "permettra une entrée rapide sur le marché", a souligné Klaus Rosenfeld, PDG de Schaeffler, dans un communiqué.

Sécuriser la production en série

Le site de Haguenau, qui produit des pièces en acier pour les moteurs ou les châssis, aura une capacité initiale de 4 millions de plaques bipolaires en acier par an. Ce volume représente de quoi équiper environ 13 000 piles, notamment destinées à honorer la commande d'un grand constructeur automobile. Les partenaires veulent à terme produire environ 50 millions de plaques dans le monde. L'activité, "qui ambitionne une production avec zéro émission nette de CO2", emploiera 40 personnes à ses débuts, et les partenaires envisagent de créer "plus de 120 emplois qualifiés en France" d'ici 2030.

A lire aussi : Michelin, Symbio et Forvia préparent un VI à hydrogène

Du côté de Symbio, "Innoplate permettra de sécuriser la capacité de production en série nécessaire pour supporter les programmes de nos clients ainsi que l'adoption de la mobilité hydrogène par le marché", a déclaré son PDG Philippe Rosier. "Nous pensons que l'hydrogène jouera un rôle essentiel pour permettre une mobilité propre dans le futur", complète Klaus Rosenfeld. "L'émergence d'une économie hydrogène et la transition énergétique dépendront largement de l'industrialisation de chaînes de valeur fiables pour les nouvelles technologies". Récemment, la coentreprise s'est lancé dans un projet devant déboucher sur le lancement d'un camion hydrogène californien, pour effectuer des tests grandeur nature d'ici à 2024. (avec AFP)

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle