S'abonner
Distribution

Wyz Group enregistre un fabuleux record de croissance

Publié le 3 février 2022

Par Nicolas Girault
4 min de lecture
Le spécialise digital de la gestion de flux pneumatiques a enregistré des résultats record en 2021. Wyz Group compte surfer sur cette vague pour se diversifier et accélérer à l’international.
De gauche à droite, Pierre Guirard (PDG de Wyz Group), Margot Laffite (animatrice de la conférence de presse), Jean-Philippe Duhoux (directeur commercial de Wiz Group) et Vincent Gorce (DG d’Emil Frey). ©Wyz Group

En atteignant 113,6 millions d’euros en 2021, le spécialiste des services digitaux dédiés au pneu a quasiment doublé son chiffre d’affaires (évalué à 57,8 millions d’euros en 2020) en un an. Cette performance a été réalisée alors que Wyz Group a enregistré une croissance moyenne de 33 % par an depuis sa naissance en 2008. Une progression qui a été accélérée, en juillet dernier, par le bouclage d’une importante levée de fond avec l’entrée dans son capital de BPI France et BNP Paribas (qui ont rejoint Holnest, holding de Jean-Michel Aulas).

Anticipation et gestion de croissance

Mais l’équipe dirigeante explique son succès historique par plusieurs facteurs. Évidemment, la crise sanitaire et ses pénuries ont poussé les opérations de dépannage, avec de belles opportunités. La société a su aussi diversifier ses clients et son catalogue. Ses outils numériques – dédiés à la distribution, redistribution, aux devis et aux flottes – peuvent ainsi être indépendants ou intégrés aux systèmes de leurs entreprises.

Plus concrètement, "cette croissance a été possible grâce à la confiance de nos clients et parce que nous avons anticipé avant d’autre ce qui allait se passer sur le marché – marché actuellement très perturbé – avec nos plateformes digitales scalables, capables s’absorber des croissances assez fortes", explique Pierre Guirard. Le PDG de Wyz Group ajoute que "nous avons toujours été très clairs sur nos engagements commerciaux avec nos clients et avons pu tenir ces prix en période de pénurie, grâce à des partenariats forts avec nos fournisseurs".

Conquête d’appels d’offres

Dans ce contexte, l’entreprise a connu une croissance 2021 à deux niveaux. "D’abord, notre base client existante a progressé au travers d’accords avec BMW, avec Distrigo pour la nouvelle plateforme dépannage des 38 plaques du réseau, avec Stellantis pour le lancement de leur solution en Espagne, avec Renault en Belgique et avec Toyota au Portugal", précise Jean-Philippe Duhoux, directeur commercial de l’entreprise.

Parallèlement, le groupe s’est aussi diversifié dans d’autres produits. "Nous avons mis en place des produits dédiés au poids lourd chez un négociant comme Eurotyre. Tandis que, côté flottes, nous avons renouvelé le contrat avec Veolia et remporté l’appel d’offre Spie Batignolles concernant 10 000 véhicules. Enfin, le point d’orgue est la mise en place du portail digital Autosphere Pneus pour le groupe Emil Frey." Ce dernier outil doit permettre au premier groupe de distribution automobile européen de fluidifier ses flux de pneus (voir encadré).

Accords européens en ligne de mire

Au-delà de cette offre sur-mesure, la diversification du spécialiste du pneu l’a poussé à s’étendre à d’autres produits. Raison pour laquelle Wyz Group est entré au capital de la start-up Spid Tech. Celle-ci est concentrée sur la conception de plateformes BtoBtoC pour le négoce d’accessoires, de pièces détachées et de pneus. Elle a aussi noué un partenariat avec une autre jeune pousse, Vivocaz (focalisé sur le suivi digital des flottes), pour répondre aux besoins de flottes. Des fonctionnalités complémentaires peuvent être ajoutés à ses outils de gestion des pneumatiques : aide à la réparation de vitrage, à la pré-restitution, au convoyage et bientôt au e-constat.

Lire aussi : Wyz Group s'ouvre à de nouveaux horizons

C’est donc avec l’ensemble de ce portefeuille et guidé par cette stratégie que Wyz Group se tourne désormais vers l’international. Cet horizon avait été repoussé à plusieurs reprises à cause de la crise sanitaire. Comme nous l’avons vu plus haut, c’est finalement avec les groupes de constructeurs que le spécialiste amorce ce changement de dimension.

Lire aussi : Spid Tech étend son offre au pneumatique

"Aujourd’hui nous sommes principalement implantés en France, avec des filiales commerciales au Benelux, en Espagne, au Portugal et en Suède, pour accompagner des clients. Nous continuons à démarcher des prospects localement, mais notre objectif est de développer des accords avec les sièges européens", précise Jean-Philippe Duhoux. Il annonce ainsi le déploiement de son groupe en Allemagne et au Danemark avec Toyota, d’ici à cet été... Puis, en Italie avant la fin 2022. Pierre Guirard précise avoir "un plan d’action avec trois pays par an, sur les prochaines années". Cette dernière ambition est précisément liée au "coup de pouce" capitalistique réalisé l’été dernier.

 

 

ENCADRÉ

La digitalisation, chantier encore en cours

"L’automobile est très en retard sur la digitalisation, notamment sur la prise de rendez-vous en ligne nous sommes très loin de la médecine avec Doctolib, par exemple", observe Vincent Gorce, directeur général d’Emil Frey. Raison pour laquelle le groupe de concessionnaires a signé un partenariat avec Wyz Group, pour digitaliser son poste pneu interne. Il rationnalise ainsi cette activité entre ses 250 concessions, ses multiples marques constructeurs et ses milliers de clients (agents, garages et MRA). Point important : il pourra aussi identifier toutes les demandes échappant à son vaste réseau.

Toutefois, "mettre un outil digital à disposition d’un réseau n’est pas compliqué. Mais tout dépend de la manière dont la tête de réseau engage celui-ci à bien utiliser son outil. Si on ne capitalise pas sur ce dernier, il ne sert à rien", précise Jean-Philippe Duhoux, directeur commercial de Wyz Group.

Le spécialiste constate que les niveaux de digitalisation différent selon les marques de constructeurs et les enseignes (de pneumaticiens, centres auto et fast-fitters). Il prévient aussi que le passage à la digitalisation est exigeant, nécessitant des investissements en temps et en implication des équipes. Mais à la fin, "chez nos meilleurs clients, après dix ans d’investissements et d’expérience, ils peuvent atteindre 50 % de leurs ventes en digital sur certaines campagnes", affirme Pierre Guirard.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle