S'abonner
Manufacturiers

Recyclage : Michelin dévoile ses travaux au Mans

Publié le 30 août 2021

Par Romain Baly
2 min de lecture
A l'occasion de la dernière édition des 24 Heures du Mans, le groupe Michelin a présenté un pneumatique composé à 46 % de matières recyclées. Cette innovation équipera la H24, première voiture à hydrogène attendue sur la piste sarthoise en 2024.   Si la dernière édition des 24 Heures du Mans (21-22 août 2021) a […]
Michelin a présenté au Mans son "pneu 46 %".

A l'occasion de la dernière édition des 24 Heures du Mans, le groupe Michelin a présenté un pneumatique composé à 46 % de matières recyclées. Cette innovation équipera la H24, première voiture à hydrogène attendue sur la piste sarthoise en 2024.

 

Si la dernière édition des 24 Heures du Mans (21-22 août 2021) a courronné sur la piste la Toyota n°7, une autre course, à plus long terme, se jouait en coulisse. Dans le paddock, Michelin a créé l'évènement avec la présentation de son "pneu 46 %" destiné à être utilisé par la voiture à hydrogène H24, que l’ACO veut faire courir dès 2024. Tout cela s’inscrit dans une démarche RSE aussi bien de la part de l'Automobile Club de l'Ouest, avec une voiture non polluante, que de Michelin qui a ainsi mis au point une enveloppe utilisant 46 % de matières recyclées.

En effet, pour tous ces acteurs, écologie veut dire gestion intelligente et progrès, plutôt qu'austérité… sujet que la compétition automobile doit aider à développer. Ce pneumatique fait ainsi la part belle au recyclage. Tout d’abord en produisant du caoutchouc synthétique. C’est en traitant des pots de yaourt par micro-onde pour récupérer du styrène, que l’on combine ensuite avec du butadiène, produit par la distillation de déchets de bois, que Michelin obtient l’élastomère, auquel il convient de rajouter du noir de carbone de pneumatiques recyclés.

Proche objectif : 50 %

Par ailleurs, le traitement des bouteilles en plastique, composées de polyéthylène téréphtalate, par des enzymes permet de récupérer les polymères qui vont être inclus dans la production du fil qui composera la structure textile du pneu. Enfin, Michelin recycle les déchets d’aluminium pour réaliser la tringle qui permet l’accrochage du pneu à la jante.

Mais il y a encore du chemin à parcourir entre le laboratoire et la route. Il faudra attendre 2024 pour voir la H24 rouler avec des pneus de course de ce type. La compétition sera ainsi une nouvelle fois un incubateur de nouvelles technologies, durables pour le coup, avant la mise sur la route en grande série en fin de décennie. Et le travail continue puisqu’il se murmure que Bibendum devrait dévoiler très bientôt un pneu composé à plus de 50 % de matières recyclées.

Patrick Martinoli

 

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle