S'abonner
Marché

France : l'absence d'hiver a pesé sur les ventes de pneus en 2014

Publié le 20 février 2015

Par Jérôme Fondraz
2 min de lecture

Le Syndicat des Professionnels du Pneu (SPP) annonce un marché du remplacement en baisse de 0,5% pour le segment Tourisme, Suv/4x4 et camionnettes par rapport à 2013.

Régis Audugé, directeur général du Syndicat des Professionnels du Pneu

La comparaison entre les ventes de pneus TC4 été et hiver démontre les effets d'une fin d'année sans neige. Sur l'ensemble de l'année, les enveloppes été ont progressé de 4% à 13,35 millions d'unités, alors que les enveloppes hiver ont reculé de 18,3%, à 2,46 millions d'unités.

 

Les ventes de pneus hiver avaient réalisé un bond en 2013, avec un pic au mois de novembre (1,13 million de pneus hiver écoulés par les adhérents du SPP). Ce scénario ne s'est pas reproduit cette année et quelques 550 000 pneus hiver en moins ont été vendus en 2014.

 

Les marques Premium dominent encore largement le marché. Elles totalisent 63% des ventes de pneus TC4, devant les marques de seconde ligne (16,5%), les marques de distributeurs (10,4%) et les marques «budget» (10%).

 

Sur un an, la baisse des prix de 2,3% des marques premium s'est accompagnée d'une hausse des volumes de 0,6%. Selon le SPP, les ventes des pneus aux marques des distributeurs sont celles qui ont le plus progressé. Dans cette catégorie, les prix sont ceux qui ont le plus baissé (-4%), et les volumes ont bondi de 16,1%.

 

«Ce n'est pas une très bonne année. Les négociants spécialistes et les centre-autos ont perdu des points de part de marché par rapport aux réseaux généralistes, comme ceux des constructeurs automobiles», a déclaré Régis Audugé.

 

Dans le domaine industriel, il s'est vendu 1,73 million de pneus PL en 2014 sur le marché français, soit un volume en hausse de 1,5% par rapport à l'an passé. Les pneus PL neufs (+3%) ont mieux résisté que celles de pneus rechapés (-0,9%).

 

Les données statistiques du panel Gfk SPP SNCP Europool ne comprennent pas les ventes des réseaux généralistes des constructeurs (concessionnaires et agents), ainsi que celles des sites Internet "pure players". Le SPP estime à 40,4% leur part de marché en France l'année dernière, contre 33,8% pour les négociants spécialistes, et 25,8% pour les centres auto et les professionnels de la réparation rapide.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle