S'abonner
Produits

Roulement de tambour pour le X Multi T

Publié le 8 octobre 2014

Par cynthia
5 min de lecture

La gamme Michelin de pneus poids lourds X Multi accueille un nouveau pneu pour remorques. C’est un segment stratégique pour le manufacturier. Au menu des innovations : une longévité améliorée par rapport à son prédécesseur grâce à un nouveau composant dans la gomme, de meilleures notes sur l’étiquette et une puce RFID.

Le marketing de Michelin a sorti l’artillerie pour son nouveau pneu. Les clients qui achèteront le nouveau X Multi T en 385/65R22.5, ou le X MultiWay HD XZE avant le 31 décembre 2014, bénéficieront d’une garantie d’un an, applicable en cas de dommage accidentel. Jusqu’au 30 septembre, les acheteurs de 6 pneus X Multi T dans la même dimension ont aussi la possibilité de gagner une semi-remorque Fruehauf. Ces offres de lancements témoignent d’enjeux considérables. En effet, un pneu PL vendu sur cinq en France va équiper une remorque. Ce marché qui représente donc entre 300-350 000 pneus par an, en comptant les rechapés, est évidemment très convoité. « Pour Michelin, c’est un lancement important », ont convenu Hélène Creskens et Michel Lefrère, en charge respectivement du marketing PL et du marketing produit PL pour la France, lors d’une conférence de presse fin juillet. La preuve ? Celui que l’on appellera bientôt son « prédécesseur », le pneu de remorque XTE3, a été vendu à plus de 4 millions d’unités en Europe depuis 2007, dans ses versions neuves et rechapées. Dans ce contexte, les ingénieurs ont mis au point un nouveau produit qui veut faire la différence à de nombreux points de vue. Le X Multi T était apparue en mai 2012 dans une dimension marginale (385/55R22.5). Il arrive cette fois-ci en série 65, une taille incontournable. C’est donc d’abord un pneu polyvalent, qui convient à la fois aux transports longue distance, régional, urbain et même pour l’approche chantier. Il est adapté pour les convois de 40 et 44 tonnes. « Sa durée de vie a été rallongée de 10% par rapport au XTE3, qui était déjà une référence pour le marché », a indiqué Hélène Creskens. Elle a fait le calcul : « cela représente un mois de roulage en plus, sans avoir à le changer ». Ce progrès n’est pas superflu. Faire un créneau avec un semi-remorque revient à accélérer fortement l’usure des pneus en raison des frottements sur la chaussée. « Pour ceux du 3ème essieu, la manoeuvre équivaut à 500 km parcourus sur l’autoroute », a rappelé Michel Lefrère. Pour cette raison, le X Multi T adopte des épaules musclées. Mais pas seulement.

Ingrédient secret

Les ingénieurs de Michelin ont adopté le Carbion pour la gomme de la bande de roulement. Ce matériau à la formulation secrète, a été introduit en 2013 sur le pneu X Line Energy T pour essieu porteur. Il a apparemment donné entière satisfaction. « Le Carbion confère au pneu une meilleure résistance en ripage et à l’abrasion », a expliqué sommairement Michel Lefrère. Il contribue également à réduire l’échauffement du pneu en utilisation, de 6°C exactement. C’est beaucoup lorsqu’on sait qu’un pneu monte rapidement à une température de 80-100°C, ce qui ramollit la gomme, augmente la résistance au roulement et l’usure. Or, les pneus d’un ensemble routier mobilisent un tiers de l’énergie moteur nécessaire à l’avancement du véhicule, et ceux des semi-remorques sont responsables de la moitié de cette consommation. Le Carbion a donc aussi une influence positive sur l’efficacité énergétique. La résistance au roulement du X Multi T a d’ailleurs baissé de 15% par rapport au XTE3, affirme le manufacturier. La note va donc être relevée d’un cran pour l’étiquette européenne, qui passera d’un C à un B pour ce critère. Ces économies, évaluées à hauteur de 0,7l/100km sur un ensemble convoi par Michelin, ne sont pas négligeables. « Sur la base de 110 000 km par an, cela représente une baisse du coût d’exploitation de près de 1000 euros par an », a précisé Hélène Creskens. Le Carbion a donc des airs d’ingrédient miracle. Mais il ne serait pas sans conséquence sur le processus de production, « entraînant des procédures inhabituelles lors du mélange notamment », a ajouté Michel Lefrère, entretenant le mystère. Pour sa construction, le X Multi T adopte une carcasse classique, à la différence des pneus X MultiWay lancés en 2011 avec la technologie Energy Flex destinée à réduire l’échauffement en roulant. Le dessin de la bande de roulement a aussi sensiblement évolué par rapport à celui de son prédécesseur XTE3, afin d’accroître les qualités de son comportement routier. Au regard des tests internes, qui ont démontré que les pneus de la semi-remorque comptent pour 45 % du freinage d’un ensemble routier chargé, 3 sillons de gomme en forme de Z ont été préférés aux 3 rangées de double pavés en quinconce sur toute la circonférence, afin de renforcer l’adhérence longitudinale lors du freinage, et transversale, mise à l’épreuve lors d’un changement de voie par exemple. Ainsi, le pneu, marqué M+S sur les flancs pour un usage l’hiver (ainsi qu’en Russie, en Turquie et en Norvège), conserve son B en freinage sur route mouillée et affiche 69dB, soit une onde seulement pour le critère du niveau de bruit extérieur de l’étiquette. « Aucun concurrent n’est au-dessus de nous pour ces 3 critères », a observé Hélène Creskens.

Top départ pour les puces RFID

Avec le X Multi T, Michelin inaugure aussi pour la première fois la technologie RFID sur un pneu PL destiné à une production de « masse ». Elle a été introduite sur le pneu d’autobus urbain X InCity en 275/70 R22.5 il y a 2 ans, après une expérimentation réussie sur les bus londoniens lors des JO d’été de 2012. Le manufacturier a également testé la RFID lors des 24H du Mans en série LMP1 cette année. Ce n’est donc plus vraiment une nouveauté qui est mise sur le marché, mais plutôt la validation d’une technologie pour les pneus PL. Elle se compose d’une puce reliée à 2 antennes, le tout mesurant à peine 5 cm. Elle est introduite lors de la fabrication du pneu lorsque les premières couches de gomme extrudée sont enroulées autour de la ceinture radiale, soit à la base de la bande de roulement. Elle est positionnée en zone basse, sur le bourrage tringle, à une distance normées des câbles métalliques pour éviter les interférences. Elle est donc peu exposée aux dommages accidentels, et si cela devait avoir lieu, la zone basse n’est de toutes les manières pas réparable par les clients, fait savoir le manufacturier. Cette puce contient plusieurs informations, qui peuvent être décodées par un lecteur commercialisé aux alentours de 200 à 300 euros, selon Michel Lefrère. Michelin y inscrit la dimension, les indices de charge et de vitesse, ainsi qu’un matricule en guise d’identifiant unique, composé de 3 lettres suivies de 3 chiffres et d’une lettre. Cette information permet la traçabilité de chaque pneu, à la différence du DOT, qui informe du lieu et de la date de fabrication, mais sur un lot hebdomadaire de pneus. Sur la puce, un autre espace est disponible, que les lecteurs encodeurs peuvent utiliser pour ajouter quelques autres informations. Les professionnels de la gestion de flottes y trouveront leur compte, en y inscrivant par exemple la date de montage et le kilométrage pour calculer les coûts d’utilisation, durant toute la vie du pneu (recreusage, rechapage), ou pour les aider dans la gestion de leur parc et optimiser celle de leurs stocks. La technologie RFID est amenée à être généralisée dans les gammes PL, au regard de sa valeur ajoutée pour eux. Dès 2015, ce sera le cas pour tous les pneus X Multi T qui seront produits à l’usine Michelin de La Roche-Sur-Yon, ainsi qu’à Aranda (Espagne), Alessandria (Italie), et Olstyn (Pologne). Le pneu X Multi T en 385/65R22.5 a déjà fait l’objet d’un premier lancement auprès des grands carrossiers européens de semi-remorques le 1er juillet dernier. Il sera disponible à la fois sur les marchés de la première monte et du remplacement à partir du 1er novembre 2014. Son prix distributeur sera 2% supérieur à celui du XTE3. Dans son catalogue, Michelin propose également 2 versions complémentaires, l’une renforcée avec le X MultiWay HD XZE qui a une capacité de charge à l’essieu portée à 10 tonnes, et l’autre pour l’hiver avec le X Multi WINTER T (disponible à partir d’octobre en 385/65 R 22.5). Initialement destiné aux pays nordiques, il a été décidé de le mettre à disposition des autres pays, dont la France. Son marché se limite néanmoins aux régions blanches telles que les Alpes et les Pyrénées. Les volumes resteront donc modestes.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle