S'abonner
Distribution

Feu Vert reçoit le soutien de Stellantis

Publié le 22 octobre 2021

Par Romain Baly
2 min de lecture
L'enseigne de centres autos renforce sa stratégie pièces détachées. En signant un partenariat avec le groupe Stellantis, Feu Vert optimise ses approvisionnements grâce à l'appui du réseau Distrigo.
Sylvie Layec, senior vice-présidente ventes et marketing de l'unité pièces et services de Stellantis, et Thierry Sinquin, PDG de Feu Vert.

D'Aiways à Stellantis, il n'y a qu'un pas. Quatre mois après avoir annoncé son rapprochement avec le fabricant chinois de véhicules électriques, l'enseigne Feu Vert officialise son partenariat avec le géant de l'automobile mondiale, né de la fusion des groupes PSA et FCA. Les deux entités ont officialisé leur alliance ce jeudi 21 octobre 2021. Concrètement, le réseau de centres autos peut désormais compter sur le soutien des plateformes Distrigo pour améliorer son taux de service et diversifier son offre.

Un accord valable en France, en Espagne et au Portugal

"Ce partenariat avec Stellantis est pour Feu Vert un formidable levier d’accélération pour apporter une réponse encore plus complète aux attentes des automobilistes", indique en préambule Thierry Sinquin, PDG de l'enseigne. Cet accord, non exclusif, est valable pour les marchés français, espagnols et portugais mais pourrait s'élargir à d'autres marchés en fonction de l'expansion géographique future de Feu Vert.

Dans l'Hexagone, les 38 "hubs" logistiques viennent épauler les 352 sites franchisés et intégrés Feu Vert en moins de 45 minutes, selon le cahier des charges défini par Stellantis, et jusqu'à 4 fois par jour. "Aujourd'hui, nous sommes capables de répondre à la demande des réparateurs à hauteur de 70 % de leurs besoins, détaille Sylvie Layec, senior vice-présidente ventes et marketing de l'unité pièces et services du groupe automobile. Demain, en s'organisant et en se développant notamment dans l'outillage et le matériel de garage, nous serons en mesure de monter à 90 % de ces mêmes besoins".

La Piec entre en jeu

Preuve s'il en fallait des atouts de cet accord où l'objectif logistique se double d'un objectif commercial avec l'idée pour "la patte de l'expert" d'enrichir son offre. "On va pouvoir se développer avec de nouvelles activités grâce à des pièces qui n'étaient pas accessibles jusqu'à présent", abonde Thierry Sinquin. L'offre de Feu Vert s'articule désormais autour de trois niveaux de forfaits (lesquels représentent 95 % de son activité).

Un premier représenté par la pièce d'origine constructeur avec l'apport sur les familles freinage, amortisseurs et distribution des gammes Peugeot, Citroën, DS et Opel. Un deuxième qui porte de façon plus traditionnelle sur les pièces d'équipementiers premium (type Bosch, Valeo…). Et enfin un troisième, qualifié de "rapport qualité/prix", qui intègre des pièces issues de l'économie circulaire (Piec), qu'elles soient remanufacturées, réparées ou réutilisées. Autant de références "qui faisaient défaut chez nous" confirme le patron de l'enseigne. Étonnement, les gammes Eurorepar font également partie du deal.

Un "non-évènement"

Pour rendre opérationnel cet accord dès à présent, un gros effort s'est porté sur les back-office des deux entités avec l'idée que les systèmes informatiques puissent communiquer entre eux de façon fluide et homogène. Le résultat permet aujourd'hui d'intégrer tout le portefeuille Distrigo à l'outil digital de Feu Vert, rendant ainsi l'accord presque invisible aux yeux du réparateur qui n'a qu'à faire son choix. Le seul développement concrètement perceptible porte sur la Piec que les Feu Vert peuvent commander en passant par B-Parts, l'outil dédié de Stellantis.

Lire aussi : Feu Vert : MDD renouvelée et concept inédit d'ici l'été

Bien lancé, ce partenariat fait presque figure de "non-évènement" comme l'a souligné Sylvie Layec, rappelant au passage que bon nombre de membres du réseau travaillaient déjà avec les plaques Distrigo. Plus qu'une nouveauté, cette annonce vient surtout structurer une collaboration déjà officieuse et permet d'encadrer une démarche commune qui ne devrait pas en rester là. Une réflexion est d'ores et déjà engagée sur des services complémentaires qui viendraient étendre ce partenariat qui pourrait également s'élargir à d'autres marchés en fonction de l'expansion géographique future de Feu Vert.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle