S'abonner
Marché

Un baromètre de l'entretien digital signé Revisersavoiture.com

Publié le 29 mars 2016

Par Alexandre Guillet
2 min de lecture

Signe des temps, Revisersavoiture.com, filiale de Michelin, exploite les informations fournies par ses internautes, afin d'en tirer un baromètre pertinent à plus d'un titre.

Depuis six ans, les utilisateurs du comparateur d'offres et du carnet d'entretien en ligne de Reviseravoiture.com, fournissent spontanément au site les informations relatives à leurs factures d'après-vente automobile, afin que l'algorithme conçu par Michel Grihangne, son fondateur, propose les meilleures offres personnalisées aux internautes. Ce qui constitue une base d'informations d'environ 128000 factures, issues de la France entière, donc très riches d'enseignements. A tel point que Reviseravoiture.com en a tiré un baromètre de l'activité après-vente digital, qui sera désormais mis à jour chaque année. Nous vous livrons les premiers résultats qui en émanent.

"Pour ce premier opus, nous avons voulu faire ressortir des tendances, et  nous nous sommes donc focalisés sur l'évolution du panier digital de l'internaute, puisque le panel de cette étude est justement constitué d'automobilistes familiers du web pour leur entretien", précise Michel Grihangne.

La première info clé, c'est que le panier moyen sur le net se révèle beaucoup plus faible (23%) que dans les canaux traditionnels. La différence notable prouve donc qu'on ne peut comparer les deux cibles.

Par ailleurs, l'étude nous apprend que, dans le détail, les prix constatés des prestations de toutes les familles baissent entre 2010 et aujourd'hui, la tendance est donc lourde. Ce que l'on peut expliquer par le plus grand niveau d'information, voire de connaissance, des consommateurs, qui se renseignent plus, mais comparent plus également, ce qui fait jouer la concurrence. "La diminution des coûts est la première motivation des consommateurs sur le web", affirme d'ailleurs Michel Grihangne.

D'ici quelques semaines, Revisersavoiture devrait sortir un nouveau baromètre complémentaire, qui évoquera l'évolution des tarifs, famille par famille, année par année. Une segmentation en fonction de la typologie de professionnels, MRA, centres auto, concessionnaires, fast fitter..., serait même envisageable.

Quant au mode de diffusion de ces données pour le moins intéressantes, Michel Grihangne reste prudent. "Le modèle économique reste à définir par les actionnaires. Avec 100 000 clients qui représentent pas moins de 12 millions d'euros de pieds de facture à analyser, ce baromètre est avant tout un laboratoire. Nous sortons bientôt notre nouveau carnet d'entretien, qui devrait encore permettre d'élargir notre base utilisateurs et donc notre volume de factures. A ce moment, on parlera de Big Data, ce qui sera encore plus intéressant. Mais aujourd'hui, nous utilisons plutôt ces données pour accompagner nos réseaux partenaires".

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle