S'abonner
Services

FRP déterre la hache de guerre

Publié le 8 octobre 2014

Par cynthia
6 min de lecture

France Reyclage Pneumatiques est né en réaction à une loi instaurant la responsabilité élargie du producteur, qui a conduit à la création d’Aliapur. Dix ans plus tard, l’Etat veut obliger le GIE à devenir un éco-organisme et lui donne 5 ans pour s’y préparer. Cette perspective est « inacceptable » pour Jean-Louis Pech, vice-Président de FRP.

L’anniversaire devait être somptueux. Il avait lieu dans le cadre prestigieux du Palais de Tokyo à Paris. Mais les grèves dans les transports et surtout, la menace d’un changement de statut dans le cadre d’une loi sur l’Economie sociale et solidaire, ont gâché l’événement. Le thème des « Flammes éternelles » retenu par l’exposition organisée avec l’aide de FRP, aurait pu être rebaptisé « Eternel recommencement ». Car l’histoire se répète pour le GIE né en 2004. Sa création était une affaire de survie. A l’époque, la loi sur la responsabilité élargie du producteur (REP) a obligé la filière des professionnels des pneumatiques à s’organiser pour organiser la collecte et le recyclage des produits en fin de vie qu’ils avaient mis sur le marché. Mise en oeuvre en 2002, elle a entraîné la création d’Aliapur, une société réunissant les principaux manufacturiers. Pour les prestataires (collecteurs et recycleurs) qui étaient déjà actifs sur ce secteur, la nouvelle était désastreuse. Ils risquaient de se retrouver dépendants du bon vouloir d’un seul et même client. Jean-Louis Pech, à la tête de deux sociétés, Alpha Recyclage Franche-Comté et SEVIA, filiale de Veolia Propreté, est donc « rentré en résistance ». Membre actif au sein de la commission pneus usagés du CNPA, il a fait valoir sa position, s’attirant les foudres d’Aliapur. Mais il n’était pas le seul mécontent. Les importateurs de pneumatiques établis sur le sol français n’étaient pas favorables non plus à l’idée d’intégrer un système unique, qui leur imposait des contrats de 6 ans, au lieu de 1 ou 3 ans habituellement. En 2004, leur association AFIP a donc décidé de produire un appel d’offre, auquel Jean-Louis Pech a répondu, après avoir préalablement réuni ses deux sociétés au sein d’un GIE, baptisé France Recyclage Pneumatiques. Sa proposition l’a emporté.

Baisse des volumes collectés en 2013

Dès la première année sous la présidence de Dominique Wimez, FRP va collecter 14 000 tonnes de pneus usagés. Pari gagné ! L’année suivante, les tonnages collectés ont plus que doublé et ils vont augmenter jusqu’en 2008 pour atteindre un record en 2010 avec plus de 57 000 tonnes auprès des producteurs. La même année, le GIE va mettre en place un dispositif d’urgence à la demande des constructeurs automobiles pour aller collecter les pneus usagés dans les centres VHU (Véhicules Hors d’Usage). La confiance s’instaure, d’autant qu’en 2011, FRP est certifié ISO 9001. Ils vont pour la plupart lui confier cette prestation les années suivantes, tout en finançant eux-mêmes la collecte. Le gisement des centres VHU va redonner un nouveau souffle à FRP qui a enregistré un pic en 2012, avec 68 000 tonnes collectées. Le bilan de l’année 2013 est moins bon. « Il reflète les difficultés du marché automobile et des secteurs du bâtiment, du génie civil et de l’agraire l’année dernière », précise Jean-Louis Pech. Le volume global de pneumatiques collectés par le GIE a ainsi baissé de 6%, passant de 54 000 tonnes en 2012 à 50 500 tonnes en 2013. Il a bien gagné des parts de marché auprès des centres VHU, avec 15 486 tonnes collectées en 2013, contre 14 000 en 2012, et un portefeuille de 100 clients supplémentaires (943 centres VHU). Mais cela n’a pas permis de compenser une activité globalement en recul d’un peu moins de 2,9%, avec 66 000 tonnes collectées au total en 2013. Les prestataires ont souffert. Le nombre de collectes effectuées a chuté de 7,8% par rapport à 2012. Les volumes de pneumatiques TC4 ont représenté 80% des tonnages et ils sont restés stables en 2013 par rapport à 2012. En revanche, ceux de pneus PL, agraires et GC sont en baisse de près de 15% sur un an. Une tendance lourde pour FRP puisqu’ils représentaient quelque 45% des tonnages en 2010 avant la collecte des centres VHU, contre 20% aujourd’hui. « Nous avons pas ou peu d’accès aux pneus PL, agraire et génie civil car pour ces produits, les filières de rechapage et de tri sont plus importantes. Ils ont plus de valeur, et ils attirent de nombreux opérateurs », regrette Jean-Louis Pech. Et d’ajouter agacé que « des sociétés, pas toujours agréées, viennent se servir dans nos gisements, et alimenter une économie basée parfois sur le commerce non officiel de pneus d’occasion, par exemple. Et ce phénomène s’amplifie avec la crise ». L’année 2014 semble se présenter sous de meilleures auspices. Au premier semestre, FRP comptait 196 producteurs clients, soit 25 de plus que l’année dernière. Parmi eux, des importateurs de pneus, des opérateurs d’engins équipés de pneus (agraire, génie civil), quelques clients Internet dont le leader du marché Allopneus, tous les constructeurs automobiles à l’exception des groupes VW (Volkswagen, Seat, Skoda, Audi) et Honda, principalement. Leur nombre a progressé constamment jusqu’en 2012 et il est resté stable en 2013.

10 millions d’euros investis sur 5 ans

En matière de valorisation, FRP a longtemps privilégié le secteur des travaux publics qui représentait entre 2007 et 2012 près de 80% des débouchés. Les pneus, hachés en granulés, servent aux remblaiements des sols, ainsi qu’au drainage des eaux de pluie dans les bassins de rétention, grâce à son procédé breveté Draingom (70% de la valorisation de FRP ces 6 dernières années). Mais face à la baisse de la demande, il a fallu réagir et FRP a choisi de s’appuyer davantage sur la filière des cimenteries pour les broyats de pneumatiques l’année dernière. La valorisation énergétique, qui ne pesait que 16,5% en 2012, a représenté 39% des volumes en 2013. Enfin, le GIE a légèrement augmenté ses débouchés avec la filière de réemploi, qui représente 10% des tonnages (ventes sur le marché de l’occasion, rechapage). Cette répartition est amenée à évoluer. En effet, Alpha Recyclage Franche- Comté a investi depuis 2009 quelque 10 millions d’euros dans un site de traitement des PUNR (Pneus Usagés Non Réutilisables) par vapo-thermolyse, situé à Dole dans le Jura. Le principe consiste à fondre les pneumatiques en atmosphère anaérobie (sans dioxygène). Cette technique permet de récupérer un hydrocarbure de substitution d’excellente qualité d’une part, et le noir de carbone d’autre part, en plus de l’acier. Les recherches de FRP ont démontré que le noir de carbone pouvait être réutilisé dans les mélanges de caoutchouc, y compris les pneumatiques en association avec du noir de carbone natif. Un point important puisque « 80% de la production de noir de carbone sert à la fabrication de pneumatiques », indique Jean-Louis Pech. Le site devrait être opérationnel d’ici la fin de l’année. La technologie employée a fait l’objet de deux brevets déposés, et c’est la première unité européenne qui l’utilise. « On espère traiter 15 000 tonnes de pneus en 2015 », déclare Jean-Louis Pech. Et plus les années suivantes. Pour lui, c’est la meilleure façon de réduire le prix de l’éco-contribution est de tirer le haut la valeur du produit en bout de chaîne. Cette taxe acquittée par le producteur est aujourd’hui fixée à 1,35 euro pour les pneus TC4, soit à un niveau équivalent à celui d’Aliapur. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas. « Aujourd’hui, nous sommes à un pallier. Mais cette innovation en matière de valorisation, à la fois énergétique et matière, devrait permettre de le dépasser », assure Jean-Louis Pech, sans cacher ses craintes visà- vis de l’avenir. En effet, l’Etat vient de lui remettre des bâtons dans les roues. Dans le cadre de la nouvelle loi sur l’Economie sociale et solidaire, il a été décidé qu’Aliapur et FRP devaient devenir des éco-organismes. Le couperet est tombé en mai dernier, sans crier gare.

Un avenir incertain

La société et le GIE, qui disposent d’un délai de 5 ans (1er janvier 2020) pour se préparer à ce changement de statut, sont encore sous le choc. En réaction, Aliapur a déjà annoncé que l’association Recyvalor allait être dissoute. C’est elle qui gérait le nettoyage des stocks historiques en France. De son côté, FRP se pose de sérieuses questions sur son devenir. « La loi nous demande de rentrer dans un système commun et pour nous c’est inacceptable », prévient Jean-Louis Pech. Dans la définition de l’ éco-organisme agréé, des contraintes s’exercent sur la gouvernance, qui en plus doit être assurée par les producteurs, avec un censeur d’Etat. A nouveau, FRP risque de se retrouver avec un seul client. « C’est anti-économique », s’insurge Jean-Louis Pech. « Les prestataires obtiendront des contrats de 3 ans. Ce manque de visibilité sur le moyen terme est une véritable barrière à l’innovation et aux investissements ». Il s’inquiète aussi des risques de voir des volumes de pneus usagés partir en Allemagne, alimenter des centrales thermiques, voire même aller en Chine trouver une seconde vie. « Aujourd’hui, nos clients sont nos partenaires. Ils savent que nous sommes performants au niveau économique et au niveau environnemental. Nous sommes en mesure d’évaluer les risques d’investir. Comment voulez-vous embaucher si vous n’êtes pas intimement persuadés que votre contrat sera renouvelé ? » FRP cherche maintenant un plan B. Il envisage de rester en l’état tout en refusant le statut d’éco-organisme, ou de redevenir un simple prestataire. Une nouvelle loi sur les déchets est en préparation. Jean-Louis Pech compte faire entendre sa voix. Infléchir le législateur, afin qu’il accepte le principe que la gouvernance de l’éco-organisme puisse être aussi assurée par les prestataires, serait un bon début. « C’est un combat très important. Le gouvernement ne doit pas adopter une attitude dogmatique, s’il veut préserver la performance de notre filière ». En fait, cette bataille sera surtout celle de son successeur François Dewerdt, directeur général de SEVIA, élu pour 5 ans dans le cadre d’une présidence tournante. Jean-Louis Pech cumule déjà d’autres responsabilités. Désormais vice-président de FRP, il a repris les rênes d’Actia Group, l’entreprise familiale. Il vient aussi d’être réélu trésorier national du CNPA pour 3 ans.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle