S'abonner
Distribution

Camille Mounier, Vulco : "L'occasion de se remettre en question"

Publié le 7 juillet 2022

Par Romain Baly
2 min de lecture
La PDG du réseau de pneumaticiens revient pour le Journal du Pneumatique sur le départ de Kertrucks Pneu. Si la perte du breton n'est en rien négligeable pour Vulco, la dirigeante préfère se projeter plus loin, arguant que le nombre ne fait pas forcément la force d'un réseau. De quoi nourrir la réflexion sur la stratégie à adopter.
Camille Mounier l'admet : avec le départ de Kertrucks, "c'est une page qui se tourne" pour le réseau Vulco. ©Vulco

Annoncé début juillet 2022, le transfert de Kertrucks Pneu de Vulco vers BestDrive est assurément l'un des gros coups de l'été. Déjà parce que le distributeur breton est une référence dans sa région et une recrue de choix pour le réseau du groupe Continental. Ensuite parce qu'il avait construit depuis une quinzaine d'années une solide relation avec celui du groupe Goodyear. A l'heure d'évoquer cette actualité, Camille Mounier replace les faits dans leur contexte.

La vie naturelle d'un réseau

Elle qui a été promue présidente-directrice générale de Vulco en mars n'a pu assister qu'en simple spectatrice à ce départ "acté depuis un long moment". Et si des discussions ont semble-t-il eu lieu pour faire infléchir la position de Jean-François Auger, co-gérant de KTP, l'issue était finalement inéluctable. "C'est une page qui se tourne, abonde Camille Mounier. Kertrucks était un adhérent très important qui n'a cessé de se développer avec le soutien de Vulco".

Avec ses 21 sites arborant le logo de l'enseigne, implantés dans les régions Bretagne et Pays de la Loire, Kertrucks était en effet un poids lourd du maillage local de Vulco. La dirigeante l'admet : "Bien sûr que c'est une grosse perte mais ce n'est pas notre seul adhérent dans la région et cet évènement s'inscrit aussi dans la vie naturelle d'un réseau avec des arrivées et des départs".

Différentes pistes à explorer

Aujourd'hui, se pose naturellement la question de la suite à donner à cette défection. Entre recruter à tout prix ou redéfinir la stratégie, la PDG semble avoir fait son choix. "C'est l'occasion de se remettre en question, juge-t-elle. On a trop souvent tendance à se focaliser sur le nombre plus que sur la qualité. Par exemple, il est peut-être préférable d'avoir un gros centre très performant plus que deux de taille intermédiaire qui le sont moins".

Une réflexion bien plus profonde semble d'ailleurs engagée alors même que le réseau avait annoncé, fin 2021, vouloir s'étoffer en atteignant les 350 implantations dans l'Hexagone à horizon 2025. Si le renforcement du maillage avec l'intégration de nouveaux points de vente demeure un levier de croissance important, il n'est clairement plus le seul. "On peut tout à fait imaginer d'autres pistes pour améliorer notre rayonnement. Ce qui compte en définitif, c'est d'être là où il faut être et de servir nos clients", conclut Camille Mounier.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle