S'abonner
Manufacturiers

Goodyear célèbre les 40 ans de son centre de Mireval

Publié le 10 juin 2024

Par Nicolas Girault
2 min de lecture
Le manufacturier américain célèbre le 40e anniversaire de son centre d’essais de Mireval (34). Pour l’occasion, Goodyear a ouvert les portes de ce site unique à ses partenaires. Il a aussi annoncé la poursuite de ses investissements pour le développer.
En plus de ses équipements ultra-modernes, le centre d'essais de Mireval offre l'un des plus beaux cadres avec sa vue sur la Méditerranée. ©Goodyear.

Une série d’animations ont marqué l’anniversaire du centre d’essais de Mireval (34), le 17 mai 2024. Goodyear y avait invité plusieurs dizaines de partenaires privés, institutionnels et collectivités locales… On les a donc vus faire la queue pour prendre place dans l’une des quatre sportives à disposition pour un tour de la piste principale, à bord de Ferrari F8 et 488, d'une Lamborghini Huracan et d'une Porsche GT3.

Second plus grand circuit mondial Goodyear

Un peu plus tôt, ces visiteurs avaient assisté à des démonstrations de freinage d’urgence sur piste mouillée et en aquaplanage. Un peu plus tard, ils ont aussi pris place aux côtés d'autres pilotes, pour un test comparatif entre des enveloppes Goodyear et asiatiques bas de gamme.

Parallèlement, le manufacturier a aussi dévoilé à ses invités une partie des coulisses de son site stratégique pour son service de recherche et développement. En effet, Mireval est son second plus grand circuit (sur sept dans le monde) après celui de San Angelo (États-Unis). Il y opère environ 15 000 tests de pneus par an.

À lire aussi : Quand les manufacturiers se rêvent en équipementiers

Initialement, le fabricant de pneumatiques a acquis ce site en 1984. Il s’agissait alors du circuit Karland, inauguré en 1974 par Jean-Pierre Beltoise. Celui-ci avait été homologué pour accueillir le grand prix de France de Formule 1, afin de concurrencer Le Castellet. Mais sans atteindre le succès escompté. Las ! Goodyear le réaménage donc pour y effectuer des tests jusqu'alors exécutés à Sète (34).

Réduire l'empreinte environnementale

Le manufacturier le développe en l'agrandissant. Sa piste mouillée de 1,6 kilomètre de long est ainsi construite en 1989. Elle sera suivie par celles d’aquaplanage en courbe en 1990 et de mesure de bruit en 1996. "De dix employés et une seule piste en 1984, Goodyear a investi des millions d’euros dans le centre d’essais que vous voyez ici avec ses 53 employés aujourd’hui", souligne Rémi Granier, directeur et administrateur du centre d'essais. Cette équipe y pousse des enveloppes auto, moto et de véhicules industriels. Elle contribue ainsi à leur mise au point en soumettant ces pneumatiques à des conditions d'utilisation extrêmes.

À lire aussi : Goodyear Racing à l'assaut des circuits européens lors des ELMS

Par ailleurs, "nous avons mis en place une politique ambitieuse en termes de développement durable à partir de 2022, précise Rémi Granier. Nous avons consacré plus de 700 000 euros d’investissements pour réduire nos consommations d’eau et d’électricité. Celles-ci ont respectivement été réduites de 35 et 28 % en 2023".

Le pneu durable sur la piste

De plus, le nombre de tests sur pistes est maintenant aussi restreint au minimum, grâce à l'emploi de simulateurs. L'empreinte environnementale du développement de nouveaux pneumatiques en est ainsi d'autant plus réduite. Néanmoins, le virtuel n'est pas encore parvenu à remplacer les observations d'un pilote sur le comportement d'un pneu poussé à ses limites les plus extrêmes…

À lire aussi : Goodyear inaugure son nouveau simulateur de développement

Aussi, "le futur sera différent et nécessitera de faire évoluer le site encore et toujours, annonce Rémi Granier. Nous continuerons de tester des pneumatiques, de pousser les connaissances physiques et nous aurons encore plus besoin de vous pour les 40 prochaines années" affirme-t-il aux partenaires du manufacturier. Il précise que Goodyear travaille actuellement sur des pneumatiques sans air, des capteurs (pression, température, usure, adhérence), ainsi que des algorithmes alimentant les cerveaux des véhicules autonomes… Tandis que bientôt, les pneumatiques entièrement composés de matériaux recyclés ou renouvelables – annoncés pour l'horizon 2030 – devraient aussi laisser un peu de leur gomme sur l'asphalte de Mireval.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle