S'abonner
Marché

Les marques asiatiques jouent des coudes à Reifen

Publié le 6 juin 2014

Par cynthia
27 min de lecture

Tous les deux ans, les professionnels des pneumatiques se réunissent à Essen en Allemagne pour exposer leurs nouveautés. Et force est de constater que les acteurs coréens, indiens, japonais, taïwanais et surtout chinois, montent en puissance. Compte rendu.

Dans un contexte de reprise progressive sur le marché européen des pneumatiques de remplacement, cette 28ème édition de la biennale européenne du pneumatique, n’a pas démérité, accueillant 20 000 visiteurs de 130 pays, 670 exposants de 44 nationalités différentes. En comparaison, Reifen 2012 avait enregistré 19 000 visiteurs et 653 exposants.

 

Avec 9 halls occupés, le salon est sans pareil au niveau mondial et l’organisateur compte capitaliser sur cette position dominante. Un accord de coopération stratégique a ainsi été passé avec Automechanika, un autre salon allemand spécialisé dans l’après-vente automobile, qui se tient chaque année à Francfort, mais qui est décliné aujourd’hui dans 14 pays. Il prévoit qu’après 2016, les deux partenaires recherchent des synergies en terme de marketing et de ventes. Reifen, pour l’instant, a seulement été décliné enChine, premier marché automobile mondial. Cette initiative pourrait donc changer la donne à l’avenir.

 

En attendant, l’édition 2014 fut un bon cru. Les nouveautés étaient nombreuses sur les stands, illustrant le dynamisme de cette industrie. Le hall 3 est le principal du salon. Il regroupe quasiment le top 20 des manufacturiers mondiaux et tous ceux qui veulent absolument être vus. Ceux qui sont positionnés à l’entrée paient le plus cher leurs mètres carrés. Cette année y figuraient les marques Deestone (Thaïland), Hercules (USA), Kenda (Taïwan) et Trelleborg (Suède), l’enseigne Point S et le grossiste De Klok Banden, ainsi que les plateformes professionnelles Tyre 24 et Gettygo. Bridgestone, Continental, Goodyear Dunlop, Michelin et Pirelli, ils ont tous répondu à l’appel de la grande messe d’Essen. Mais ils pouvaient se sentir attaqués de toutes parts par une déferlante asiatique.

 

L’Indien BKT s’est affiché en grand à l’extérieur du salon, ainsi que sur le catalogue. Yokohama a remporté le prix de l’innovation dans la catégorie « technologie et produits » pour avoir modélisé les turbulences de l’air et les ondes acoustiques qui sont générées en roulant. Les grands manufacturiers chinois envahissent progressivement ce hall stratégique, comme en témoignaient les présences d’Aeolus, Linglong Tyre, Nankang Rubber et ZC Rubber notamment. Mais ils étaient nombreux aussi dans les autres halls pour exposer leurs nouveaux pneus TC4 et poids lourds. A tel point que les commerciaux de certains stands se montraient parfois très insistants pour échanger leurs cartes de visite. Ce signe de nervosité devait révéler la prise de conscience d’une évidence : le marché européen n’est pas grand comme le marché chinois et il n’y a pas la place pour tout le monde.

 

Déserté, le hall 9 qui regroupait des fournisseurs de matières premières, avait même des airs de « China Town ». Le catalogue des distributeurs et grossistes européens de pneumatiques reflète depuis longtemps ces évolutions, comme on pouvait le voir sur les stands de Districash et Van den Ban, pour ne citer qu’eux. Heuver Banden a mis l’accent sur son offre de pneus Ling Long pour tracteurs qui élargit de la série 85 pour roues motrices aux séries 90, 80 et 70. Le Belge Bedelco a même annoncé un accord de distribution exclusive avec la marque chinoise Triangle dans plusieurs pays d’Europe, dont la France.

La Révolution par l’automatisation

D’autres tendances étaient naturellement perceptibles sur le salon. Le marché des pneus agraires va connaître de grands changements. Sur le Vieux Continent, il était jusqu’à maintenant dominé par Michelin/ Kleber et Trelleborg. Mais Bridgestone, qui entend prendre la place de Goodyear, démissionnaire, lançait sa première gamme pour l’Europe avec le VT-Tractor. Et l’offre des challengers Alliance, BKT, CGS Tyres, Petlas et Mitas ne cesse de progresser, tant sur le nombre de références qu’en terme de qualité.

 

Dans un autre registre, les systèmes de surveillance de la pression des pneumatiques étaient particulièrement regardés sur les stands de Aligator, Ateq, Huf et Schrader, par exemple. Le Pneumatique aura l’occasion d’y revenir dans son dossier spécial du dernier numéro de l’année. Ils deviennent en effet obligatoires sur tous les véhicules neufs à partir du 1er novembre 2014. Continental était pourtant le seul manufacturier premium à leur accorder un espace sur son stand, comme si pour ses concurrents, le sujet n’était pas encore d’actualité. Les fabricants d’équipements d’ateliers continuent aussi de progresser en matière d’ergonomie et de productivité. Hunter a présenté un monte/démonte pneus sobrement baptisé Revolution et qui simplifie grandement les tâches de l’opérateur. Le plateau est présenté à la verticale et c’est son axe placé au centre de la jante du pneumatique qui va servir de levier, le soulever pour ensuite se positionner à l’horizontal. Une fois la rotule de fixation introduite sans mal par l’opérateur, celui-ci n’a pas plus qu’à lancer le programme de la machine, qui va comprendre à quel type de roue il a à faire, et démonter le pneu.

 

De la même manière, après avoir positionné l’enveloppe neuve sur le plateau, il n’a plus qu’à relancer la machine pour le remontage, et à la fin, positionner le flexible du compresseur sur la valve, appuyer sur la fonction gonflage de l’écran tactile et commander au plateau de redescendre la roue, après avoir retiré la rotule. Cette tendance à l’automatisation était également illustrée par Haweka sur son stand, où une fluette jeune fille démontrait à quel point il devient facile de changer un pneu de 20 pouces avec la Jet Synchro, et qu’entre 55 et 75 secondes suffisent. CEMB a pensé aux ateliers mobiles avec son équilibreuse Paguro. Transportable sur un petit chariot à roulettes, elle se présente sous la forme d’une rotule de fixation qui peut se fixer sur n’importe quel démonte pneus, reliée à un écran digital, qui affiche le positionnement et les valeurs de masse, grâce à sa batterie au lithium. Outre sa compacité et sa praticité, le système propose ainsi un équilibrage dynamique plus précis que la technique habituelle qui consiste à introduire de la poudre de silice et qui pose problème quand un capteur de système de surveillance de la pression est présent dans le pneu. Le système a d’ailleurs été récompensé par un trophée de l’innovation dans la catégorie des équipements d’ateliers durant le salon.

 

Plus connu pour son convoyeur mobile à nacelle qui permet de décharger sans effort les camions de livraisons de pneumatiques, Gawronski a présenté cette année une solution pour le stockage des pneus poids lourds. La société cible en particulier les ateliers qui proposent un service de gardiennage avec sa palette en forme de cage, dans laquelle les pneus s’entreposent à la verticale et qui peut être ensuite transportée par un chariot élévateur. La manutention de l’opérateur se limite donc à rouler les pneus et à sécuriser la cage. Simplissime ! Marangoni Meccanica privilégie aussi l’automatisation et l’ergonomie avec sa machine Black Constrictor 3000. Destinée à la fabrication de pneus rechapés de 19.5 à 22.5 pouces et 210 à 340 mm de large, elle intègre pour la première fois un extrudeur sur la même plateforme hydraulique qui va enrouler la bande de rechapage. La gomme est déposée du centre vers les épaules avec précision par la tête d’extrusion. Les tâches de l’opérateur se limitent à positionner la roue au début et à l’enlever à la fin, à déposer la bande de rechapage sur le convoyeur et à lancer le programme. Qu’en diront les autres grands rechapeurs présents au salon, à l’instar du Bésilien Vipal et surtout de l’Autrichien Kraiburg qui fêtait cette année ses 50 ans.

 

Enfin, VMI était également présent à Reifen, avec son laboratoire testeur de gommes, LAT 100. Cette machine imposante s’adresse aux manufacturiers qui doivent tester leurs échantillons de gomme en fonction des 3 critères que sont l’abrasion, la traction sur le mouillé et la résistance au roulement. En option, elle peut même simuler des conditions hivernales grâce à un compresseur de froid. Les fabricants de gomme pour les rechapeurs sont dans son collimateur. Ils ont chacun leur propre façon de tester leurs produits. L’avantage de le la LAT 100 est justement de leur donner une méthode pour classifier objectivement les mélanges de gommes, et c’est celle du fameux Dr GROSCH qui est appliquée.

VISITE GUIDÉE :Les nouveautés sur les stands des manufacturiers
 

AEOLUS
Le manufacturier chinois a mis en avant un nouveau pneu toutes saisons, 4SeasonAce, qui dans la dimension 205/55 R 16 91 H, est noté C à la fois pour la RR et le freinage sur route mouillée (72 dB). Le lancement est prévu pour cet automne. Ce sera l’occasion d’en savoir plus sur l’éventail dimensionnel, ainsi que sur l’avenir de la marque en France. Un contrat avait en effet été signé cette année avec le Groupe MPSA, dont le réseau de points de vente est en train de passer dans le giron de Continental...

 

AL DOBOWI
Le groupe de Dubaï effectue de grandes manoeuvres pour croquer une plus grande part du marché européen. Déjà bien implanté avec sa marque Infinity, il a d’abord profité du salon Reifen pour officialiser le lancement d’une nouvelle société : Zenises. Le nom évoque la « genèse du zen » et souligne la volonté d’Hadjeev KANDHARI, Executive Director d’Al Dobowi, « de construire des relations commerciales basées sur le long terme et le respect mutuel ». Cette société, basée à Manchester et avec un bureau à Francfort, doit aussi permettre d’ancrer les activités plus profondément en Europe. D’autant qu’elle s’accompagne du lancement d’une nouvelle marque de pneumatique. Al Dobowi l’a baptisée sobrement « Z ». Elle sera commercialisée à l’automne en France. Au salon Reifen, les pneus n’étaient pas exposés, mais le Groupe annonce d’ores et déjà 30 dimensions en tourisme (du 16 au 19 pouces en comptant les tailles XL) et 10 autres pour les SUV et 4x4 (du 17 au 21 pouces). Les produits de la marque seront fabriqués en Chine mais Al Dobowi préfère taire le nom du manufacturier, précisant seulement que ce ne sera ni Linglong, qui fabrique Infinity, ni même ZC Rubber, propriétaire de la marque Westlake, également distribuée par le Groupe dans plusieurs pays d’Europe. De la même manière, ils emprunteront des canaux de vente différents. Ce qui devrait exclure Copadex pour la France. A leur lancement, les pneus Z devraient afficher un prix équivalent à ceux d’Infinity, mais ils se positionneront un cran au-dessus en terme de gamme. « Là où les pneus Infinity obtiennent un C sur l’étiquette, il faut s’attendre à ce que les pneus Z affichent un B », a confié Nigel HAMPSON, directeur du développement commercial chez Al Dobowi. Interrogé au sujet d’Eternity, l’autre marque de pneu dont le lancement avait déjà été annoncé il y a 2 ans, il révèle que les pneus seront vendus uniquement sur certains marchés, comme l’Espagne ou le Moyen-Orient mais pas en France. Ces annonces importantes ont évidemment un peu occulté les nouveaux pneus exposés sur le stand, à l’instar de l’Enviro d’Infinity, un pneu UHP pour SUV proposé dans un éventail de dimensions allant du 16 au 19 pouces. Côté poids lourds, le Groupe estime avoir pratiquement achevé sa gamme en séries 80 et s’attaque maintenant aux séries 65 et 75. De 35 dimensions actuellement, elle devrait en compter plus de 80 d’ici la fin 2015. La gamme hiver s’est élargie, accueillant désormais 3 nouvelles dimensions (315/70R22.5, 315/80R22.5 et 385/65R22.5) en plus de celle déjà existante (295/80R22.5). Enfin, Infinity se développe également sur le segment agraire, avec ses gammes LR 700, LR 861 et LR 650. Sur le stand, le Groupe avait choisi d’en exposer un exemplaire avec le LR 700 en 360/70R24, une dimension populaire au Royaume-Uni, sur laquelle Goodyear était bien positionné, selon K.K. SINGH, directeur Produits Industriels pour Al Dobowi. Le distributeur Copadex serait lui aussi très intéressé. Elle sera donc aussi disponible en France.

 

APOLLO VREDESTEIN
Le Groupe indien revient à l’essentiel, après sa tentative de rachat de Cooper Tire. Marco PARACCIANI, Directeur Marketing d’Apollo et Abishek BISHT, Global Brand Head, avaient convoqué la presse pour en témoigner. Ils ont évoqué le bon déploiement de la marque Vredestein en Inde, en Australie, au Moyen-Orient et dans le sud-est asiatique. Le Groupe affiche aussi de grandes ambitions pour toutes ses lignes de produits. Apollo va ouvrir un centre de compétences en Inde, spécialisé sur les segments agraire et génie civil. Le Groupe (2,2 milliards de dollars de CA en 2013) veut également construire une usine en Europe de l’Est pour un montant de 500 millions d’euros. Au salon, le choix de son emplacement n’était toujours pas connu. « Nous vous le dirons d’ici la fin de l’année », a concédé Marco PARACCIANI au magazine Le Pneumatique. Abishek BISHT a présenté les deux nouveaux pneumatiques lancés à l’occasion du salon : l’Alnac 4G All Season et l’Alnac 4G Winter. Le premier, toutes saisons, sera commercialisé dès le mois de juillet. Disponible en 12 dimensions cette année, il en comptera 30 en 2015 (indice de vitesse H & V). Le second sera livré à partir d’octobre, avec également 12 dimensions en 15 et 16 pouces pour commencer cette année, et un total de 40 dimensions en 2015 (indices T et H). Sur la bande de roulement, un indicateur d’usure représente un flocon de neige qui devient soleil lorsqu’il faut penser à changer ses pneus. Il est malheureusement trop petit et difficile à localiser. Les deux pneus ont été développés dans le centre de R&D d’Apollo aux Pays-Bas. Ils étaient présentés sur le stand aux côtés des autres lignes de produits du groupe indien. En effet, on pouvait voir dans un coin la gamme de pneus génie civil pour les chargeurs (AWE et AIT) et dans un autre, un imposant pneu minier en 40.00-57 pouces (ALT 188). Côté Vredestein, également dans le portefeuille d’Apollo, une partie de la gamme agraire était exposée avec notamment le Traxion Cereall et le GreenTrax (Implement), mais sans véritables nouveautés.

ALLIANCE

Chez Alliance, deux nouveaux pneus radiaux viennent compléter la gamme agraire. Le 378 Agristar XL est destiné aux tracteurs de forte puissance, moissonneuses et épandeurs. Avec sa ceinture acier et sa carcasse textile, il se positionne comme un pneu polyvalent, à la fois confortable sur les surfaces dures et efficace dans les champs. Le manufacturier indien le propose en 3 dimensions (600/70R34, 900/60R38 et 710/75R42). Alliance déploie également la technologie VF (very high flexion) dans sa gamme avec l’Agriflex + 372 VF pour les tracteurs à 2 ou 4 roues motrices, ainsi que les moissonneuses. Deux dimensions sont disponibles en VF600/70R28 et VF600/70R30. Deux autres sont en développement (VF620/70R26 et VF600/60R38).

BKT

Célébrant le 10ème anniversaire de sa gamme agraire Agrimax, BKT était toutes voiles dehors à Essen. La gamme OTR était représentée par l’Airomax AM 27, un pneu grande vitesse pour grues, adapté pour des applications tant sur routes et autoroutes que sur les terrains plus agressifs des chantiers. Exposé à Reifen dans la taille 445/95 R 25, il est réalisé avec des ceintures à plusieurs couches d’acier pour plus de solidité et de résistance lors des opérations de chargement. Il est de plus composé d’un mélange résistant aux fissures et en mesure de dissiper la chaleur développée durant le travail. En ce qui concerne les pneus pour l’agriculture, BKT présentait trois nouveau produits : l’AgrimaxForce dans la taille IF 710/75 R 42 pour les tracteurs de forte puissance, l’Agrimax Spargo dans la taille VF 380/90 R 46 pour les pulvérisateurs, et le FL630 Super dans la taille 750/60 R 30.5 pour les remorques.

BRIDGESTONE/FIRESTONE

Bridgestone a boudé les pneus TC4 lors de cette édition de Reifen. Le stand était entièrement dédié aux produits de la gamme Industrie, avec de nombreuses nouveautés. Le salon était avant tout l’occasion pour le premier manufacturier mondial d’officialiser son entrée sur le marché agraire européen sous sa propre marque et de lancer le premier pneu de sa nouvelle gamme, le VT-Tractor (voir article : « Bridgestone viendra coiffer Firestone sur le marché agraire »). Logo « Soil Care » à l’appui pour rappeler l’importance accordée à la protection des sols, il ne fait aucun doute que la marque Bridgestone se fera rapidement la place qu’elle mérite sur le marché agraire européen et français. Le manufacturier exposait une autre nouveauté, avec le pneu de bus urbain U-AP 001 toutes positions, destiné à remplacer le R192. Il présente plusieurs améliorations, revendiquant une bonne tenue de route quel que soit le temps (marqué M+S), une capacité de charge accrue et une durée de vie rallongée de 20 % par rapport à son prédécesseur. Bridgestone commercialise son pneu auprès des flottes depuis avril en 275/70R22.5. Il sera disponible sur le marché du remplacement à partir de septembre et proposé également en 245/70R19.5 dans le courant de l’année prochaine. Firestone était aussi à la fête, avec plusieurs représentants de ses gammes agraires bien sûr. Mais pour ne pas faire de l’ombre au grand lancement de Bridgestone, les spots étaient tournés vers la gamme poids lourds avec 3 nouveaux pneus FS422 (directeur), FD622 (moteur) et FT522 (remorque), destinés à remplacer progressivement les FS400, FD600 et TSP3000. Ils sont pour l’instant proposés en 315/80R22.5 (pour les FS422 et FD622) et 385/65R22.5 (FT522). D’autres dimensions suivront, précise le manufacturier. De son côté, mais toujours évidemment sur le stand de Bridgestone, Bandag présentait ses nouveaux profils de bandes à rechaper, l’un pour l’essieu moteur M749 FuelTech et l’autre pour les remorques, le R109 FuelTech (indice de vitesse J). Ils sont basés sur la technologie maison Ecopia et l’appellation FuelTech vient remplacer l’habituel Retread, afin de traduire plus clairement les avantages d’une plus faible résistance au roulement et d’une longévité kilométrique améliorée. Bandag a également annoncé pour octobre prochain l’arrivée du profil BDR-HT4 pour essieu moteur.

CONTINENTAL

Le manufacturier avait choisi d’exposer les fleurons de toutes ses marques. La gamme TC4 de Continental était représentée par les ContiSportContact 5 et 5P, ainsi que le pneu hiver WinterContact TS 850P. Les EcoPlus HS3, HD3 et HT3 illustraient l’offre poids lourds mais pas de trace du nouveau Hybrid HS3. Les pneus Speed-Life et Grip-2 étaient là pour Semperit. Pour Barum, dans la catégorie des premiers prix, le Bravuris 3 HM (pour high mileage) et le pneu neige Polaris 3 avaient été retenus. Uniroyal était représenté par le MS Plus 77 et le RainSport 3. Enfin, pour la marque Matador, étaient exposés les pneus SUV Conquerra MP82 et Sibir Snow MP92 (40 dimensions du 15 au 18 pouces). Continental avait également choisi de présenter son offre de système de surveillance de la pression des pneus (TPMS) sous la marque VDO. A raison, puisqu’ils deviennent obligatoires pour tous les véhicules neufs à partir du 1er novembre 2014. Les visiteurs, professionnels de la maintenance automobile et des pneumatiques, avaient apparemment beaucoup de questions et de patience, attendant de longues minutes avant de pouvoir à leur tour, interroger les spécialistes de l’équipementier allemand présents sur le stand. Continental présentait ainsi un kit de maintenance, un testeur de capteurs ContiSys Check pouvant afficher les informations relatives à l’état de la batterie, la température et la pression, un activateur Conti Activator, nécessaire pour réinitialiser certains capteurs, ainsi que le capteur REDI-Sensor de VDO. Trois versions de ce dernier suffisent pour couvrir l’ensemble des besoins du marché. De la taille d’une pièce de 50 cents, il se compose d’un support en caoutchouc, qui se colle sur le calandrage intérieur du pneumatique, et dans lequel le capteur vient s’encapsuler. Il est donc protégé des chocs, fonctionne avec les valves existantes et il est interchangeable. Pour les poids lourds, le système s’appelle ContiPressureCheck. Il est livré avec en plus, un récepteur à installer sur le châssis du véhicule et un écran à positionner dans la cabine. Les capteurs sont aussi interchangeables. Leur batterie dure 6 ans, soit environ 600 000 km.

FEDERAL

La marque veut faire parler d’elle. Son manufacturier le groupe taïwanais célèbre cette année son soixantième anniversaire. Ses gammes sont nombreuses et couvrent toutes les applications, été, hiver, camionnettes et SUV. On y trouve même des runflat. Au salon, le manufacturier exposait fièrement sa nouvelle génération de pneus de compétition, le 595 RS, qui remplace le 595 RR, en 215/45RS17. Il annonçait également pour juin 2014 le lancement du pneu TC4 Formoza GIO, qui remplacera le SS657, avec une résistance au roulement réduite de 14,5 % pour rehausser sa note sur l’étiquette européenne. Federal voulait aussi mettre en valeur sa R&D. Mais son concept de pneu « anti-flat », avec son calandrage intérieur recouvert d’un gel noir visqueux, susceptible de colmater les perforations éventuelles, n’avait rien de très original, faute d’explications.

GOODYEAR/DUNLOP

Pas de conférence de presse pour Darren WELLS, le nouveau président de Goodyear pour la région EMEA. Il aura ainsi évité les questions embarrassantes sur les résultats financiers décevants du 1er trimestre, les démêlés actuels avec Sumitomo Rubber, ou encore le projet d’une nouvelle usine sur le sol américain. Comme Continental, Michelin et Pirelli, le groupe a préféré présenter les derniers-nés de ses marques principales, à défaut de vraies nouveautés. Une place de choix était réservée à l’Ultra- Grip 9, la dernière génération du pneu hiver de Goodyear, dévoilé au premier trimestre et attendu dans les magasins cet automne. Le Groupe a voulu souligner que le dessin de la bande de roulement, toujours directionnel, est très différent de celui de l’Ultra- Grip 8, également exposé. Chez Dunlop, les Sport BlueResponce en 205/55R16 94V et Sport Maxx RT en 245/40ZR18 arboraient chacun un A en freinage sur route mouillée, et pour la résistance au roulement, un B pour l’un et un C pour l’autre. Les Eskimo S3+ et Intensa UHP représentaient la marque Sava. Fulda était venue en force avec 4 pneus, les Sport Control, Eco Control HP, Montero 3 et Kristall Control HP. En matière de R&D, Goodyear a voulu mettre l’accent sur son concept de pneu à double empreinte, dévoilé en mars dernier au salon international de l’automobile de Genève et présenté en 255/40R21, ainsi que son concept de puce communicante « Chip-in-tire Technology ». Pour le manufacturier, son potentiel est considérable si les informations qu’elle propose de partager (pression, température) sont intégrées aux algorithmes des systèmes de sécurité active. Elle permettrait par exemple de réduire les distances d’arrêt et d’améliorer le comportement en virage des véhicules. La puce, développée en collaboration avec Huf, est collée sur la calandre intérieure du pneu et peut communiquer avec l’ordinateur de bord, pour afficher l’état de la pression des pneumatiques. Elle est en cours de test sur un Dunlop Sport Maxx RT, mais sa commercialisation n’est pas encore envisagée.

GT RADIAL

Forte affluence sur le stand de Giti Tire, vaste et bien agencé pour circuler entre les différentes lignes de produits. Deux pneus importants étaient présentés en avant-première, en plus des nouveaux venus dans la gamme poids lourds. Le Champiro FE1 a l’ambition de devenir un « best seller » pour GT Radial, ciblant les véhicules des segments B et C. Commercialisée à partir de cet été, la gamme devrait comprendre des produits allant du 14 au 17 pouces, selon nos informations. Mais officiellement, le détail des dimensions sera communiqué lors du lancement. Le Champiro FE1 est qualifié de « pneu été typé confort, qui illustre la montée en gamme de GT Radial », a expliqué Bertrand SANT-SUPÉRY, OEM European Technical Director de Giti France. La bande de roulement au dessin asymétrique présente 3 larges rainures et de profondes entailles sur les épaules pour évacuer l’eau par temps de pluie. « La plupart des tailles devrait recevoir un C pour la RR et un B pour le freinage sur route mouillée », a-t-il ajouté. Le nouveau pneu devrait remplacer progressivement le Champiro VP1. « Le Champiro FE1 va améliorer notre pénétration sur les marchés européens et une nouvelle fois, augmenter la crédibilité de nos capacités en matière de R&D et de production », a déclaré Angelo GIANNANGELI, Directeur marketing, Europe for Passenger Car and Light Truck, de Giti Tire. L’autre nouveau venu est le Maxmiler Pro. Ce pneu vise aussi des volumes importants puisqu’il s’adresse aux véhicules utilitaires légers, tels que les Renault Kangoo, Citroën Jumpy ou Peugeot Boxer. S’inscrivant dans le cadre d’une mise à jour de la gamme Maxmiler EX il prend en compte les évolutions apportées par les constructeurs, qui mettent sur le marché des modèles plus rapides et capable d’embarquer des charges plus importantes. La gamme propose ainsi des indices de vitesse R-H et des indices de charge de 88/86 et 118/116. Giti Tire déclare avoir renforcé la carcasse, aplati le contour de la bande de roulement et introduit un mélange de gommes spécial pour renforcer la tenue de route par temps de pluie. Le Maxmiler Pro sera commercialisé à partir de septembre, avec pour la plupart des dimensions (15 et 16 pouces), un C en RR et un B en freinage sur route mouillée, selon nos informations. Chez Giti Tire,la gamme poids lourds en impose, malgré les 10 bougies seulement de la gamme GT Radial en Europe dans cette spécialité. Le manufacturier voulait exposer les nouveaux pneus lancés depuis la dernière édition de Reifen. Et ils sont nombreux, avec par exemple, le GDL 617, commercialisé depuis 2013 et proposé aujourd’hui aussi en 315/60R22.5 ou le pneu directeur pour des applications régionale et longue distance GSR 225, qui existe en séries 80 et 70. Le manufacturier accueillait néanmoins deux vraies nouveautés dans son catalogue PL pour le salon, qui seront commercialisées fin 2014. Le GTL 925 est un pneu longue distance pour les remorques modernes de 3 mètres de hauteur avec une plate-forme basse. Sur le stand de GT Radial, il état présenté en 435/50R22.5. L’autre nouveauté est le GSW 226 en 385/65R22.5, qui est un pneu directeur spécialement conçu pour la conduite sur neige, la glace et les sols mouillés. GT Radial possède également un pneu neige moteur, avec le GDR 621, disponible en 315/80R22.5. Comme les grand manufacturiers, le manufacturier asiatique a son pneu directeur pour des applications régionale et longue distance, le GSR 225, qui existe désormais en séries 80 et 70. Pour les autocars, GT Radial a développé le GT 629, présenté au salon en 295/80R22.5, ainsi que le GAU 861 pour les bus urbains, avec des flancs renforcés et une sculpture bien profonde. L’offre off-road est couverte par le pneu directeur GAM 831, en 13R22.5. Ce pneu non directionnel et tous essieux « représente un gros volume d’activité pour GT Radial, en particulier grâce à ses débouchés sur le marché français », a confié Lennart LINDSTRÖM, Directeur technique pour l’Europe. Les pneus peuvent tous être rechapés. GT Radial développe sa marque Ree Tread pour des bandes prémoulées, fabriquées en Angleterre. Trois dimensions sont proposées, une pour les remorques et deux autres pour essieu moteur (dont une pour l’hiver). Ce catalogue exhaustif a séduit beaucoup d’opérateurs de flottes. Le manufacturier estime à 6 à 7 % sa part de marché en Europe aujourd’hui, et à 10 % au Royaume-Uni. En France, c’est DPI qui est en charge de la distribution des gammes TC4 et PL. La société a d’ailleurs reçu un « award » de la part de Giti Tire en amont du salon, qui récompense sa fidélité. Les deux sont liés depuis plus de 20 ans déjà ! Autre preuve de sa croissance, Giti Tire, qui employait seulement 3 personnes en 2006 sur le Continent européen, compte aujourd’hui près de 80 salariés et des bureaux à Paris, Manchester, Milan, Moscou et un siège près de Bonn, en Allemagne. Le Groupe est aussi tourné vers l’avenir. Il a ouvert un centre de R&D à Hanovre avec 7 personnes en juillet 2013. Ces ingénieurs se concentrent dans un premier temps sur les pneus TC4. Les premiers produits développés devraient arriver d’ici 2 à 3 ans.

HANKOOK

Le manufacturier coréen joue dans la cour des grands et il tient à le faire savoir. Sur son stand, une pièce avait été dédiée à à la présentation de ses derniers concepts de pneus. On pouvait y voir le Mag-Trac, qui fait appel à l’électromagnétisme d’un moyeu aimanté, le TiltRead avec sa bande de roulement composée de trois disques circulaires qui épousent la route en virage, le e-Membrane dont la gomme se rétracte sur le centre pour réduire la résistance au roulement à basse vitesse, ou encore le prototype de pneu sans air iFlex. Un autre concept trônait au centre de la pièce, sans explications. Il semblait s’adresser cette fois-ci aux véhicules de franchissement au regard de sa taille et de sa bande de roulement. Sa technologie semble s’inspirer du concept TiltRead, avec ses deux disques circulaires indépendants, reliés à un moyeu central. La bande de roulement se compose de plusieurs blocs qui peuvent se replier sous les aspérités de la route et sont recouverts de puissants pavés de gomme. Il faudra attendre la vidéo de Hankook, qui a pris l’habitude de publier sur Youtube des petits films pour expliquer le fonctionnement de ses concepts. Sur le stand, les derniers-nés de la gamme Ventus étaient évidemment exposés en première ligne, avec les Prime2, S1 evo2 et S1 evo2 SUV. On pouvait aussi apprécier le B/B du Dynapro HP en 255/55R18 ou la nouvelle gamme hiver avec les Winter i*cept evo, Winter i*cept RS et Icebear W300A. Mais c’était le Vantra LT qui était présenté en avant-première au salon dans la famille des TC4. Le pneu destiné aux camionnettes présente des flancs renforcés, une résistance à l’usure améliorée de 12 %, ainsi qu’une efficacité énergétique supérieure à 13 % à celle de son prédécesseur. Hankook a prévu 51 dimensions pour ce pneu proposé dans des tailles allant de 12 à 16 pouces dans les séries 82 à 60. Le Vantra LT est noté C/C en 235/65R16. Pour les poids lourds, le manufacturier avait d’autres nouveautés en exposition avec la nouvelle gamme SmartFlex de pneus toutes saisons, tous marqués M+S et affichant le symbole du flocon de neige dans une montagne à 3 pics. Destinée à des applications moyenne et longue distance, elle comprend tout d’abord un pneu pour essieu directeur avec le AH31, disponible en 3 dimensions (295/80 R 22.5, 315/80 R 22.5 et 315/70 R 22.5), la dernière étant notée C/B pour l’étiquette (73 dB). Pour l’essieu moteur, le DH31 est proposé avec les 3 mêmes dimensions. Sa bande de roulement conserve toutes ses capacités de traction malgré l’usure, grâce à ses lamelles 3D, mais le pneu est moins bien noté, crédité d’un D/C pour l’étiquette en 315/70 R 22.5.

KENDA

Kenda avait choisi un stand situé tout près de l’entrée principale du salon pour marquer son entrée sur le marché allemand cette année et sa première participation à Reifen. La marque taïwanaise plus que cinquantenaire est commercialisée depuis longtemps déjà en France, en Espagne, au Royaume- Uni et en Italie, mais l’Allemagne avait jusqu’à maintenant été mise de côté. Un marché trop exigeant pour le manufacturier asiatique ? Il le reconnaît implicitement mais c’est aujourd’hui du passé. Kenda se considère aujourd’hui en mesure de concurrencer ses pairs sur ce marché haut de gamme. Des experts ont d’ailleurs été recrutés au début de l’année, à l’instar de Tom WILLIAMS, Vice President Engineering, anciennement chez Hankook, et Michael ANDRE, nommé Directeur des ventes et du Marketing. Ils ont pour mission de développer les activités du groupe en Europe et pourront compter sur le premier pneu développé en Europe pour l’Europe : le Vezda SP001, un produit UHP qui arrivera sur le marché au printemps 2015.

KUMHO

Le manufacturier coréen est sur la même longueur d’onde que son compatriote Hankook, faisant valoir à la fois l’étendue de ses gammes et le dynamisme de sa R&D. A Reifen, il a présenté sa puce RFID, qui est aujourd’hui généralisée sur sa gamme de pneus PL en Corée. Un ingénieur présent sur le stand nous a promis que cette technologie arriverait l’année prochaine en Europe. Elle permettra d’accroître l’efficacité logistique de l’entreprise et de ses partenaires, car une fois scannée, la puce communique toutes les informations utiles à la traçabilité du pneu (référence, taille, lieu et date de fabrication, nom du transporteur et dates d’acheminement, lieu de distribution, etc.). Kumho envisagerait ensuite d’introduire sa puce dans les pneus TC4. Le Groupe exposait également un pneu auto-colmatant Majesty Solus (KU50) en 235/45ZR17. A l’intérieur du calandrage, une matière visqueuse est appliquée sur le pneu démonté, qui rebouche instantanément la perforation d’un clou ou d’une vis d’un diamètre pouvant aller jusqu’à 5 mm. Le système n’empêcherait pas le bon fonctionnement d’un système de surveillance de la pression, toujours capable de détecter une fuite éventuelle. Il serait en phase de test en Corée sur des pneus de véhicules utilitaires légers. Côté catalogue, Kumho a profité du salon pour lancer un pneu toutes saisons Solus HA31 dans des dimensions allant du 13 au 16 pouces, qui est destiné à remplacer le KH21. Deux nouveaux pneus hiver étaient également exposés avec le Wintercraft WP51 (15 et 16 pouces) qui succédera aux KW23 et KW27 cet automne, ainsi que le Wintercraft ICE WI31, qui peut être clouté pour les marchés scandinaves. La gamme des pneus poids lourd était représentée par les KRS15 (directeur), KWD01 (moteur) et KLT03 (remorque). Mais elle serait promise à de grands changements ces deux prochaines années, nous a-t-on confié.

MAXXIS

Maxxis veut monter en gamme comme le démontrait le nouveau Premitra HP05, destiné aux voitures compactes et aux berlines avec ses dimensions allant du 15 au 18 pouces, et ses indices de vitesse V et W. Les notes pour l’étiquette n’étaient pas encore toutes connues à l’occasion du salon, mais le manufacturier exposait un exemplaire en 205/55R16, crédité d’un C en RR et d’un A en freinage sur route mouillée (70 dB). Dans la catégorie des pneus toutes saisons, Maxxis présentait le All Season AP, qui sera lancé commercialement début 2015, après avoir été évalué pour l’étiquette européenne. Le manufacturier a prévu un large éventail de dimensions du 13 au 18 pouces, des séries 40 à 80, en indices de vitesse T, H et V. Le dessin de la bande est directionnel, avec 2 rainures sur les côtés pour l’évacuation de l’eau et d’autres latérales sur tout le pourtour. Au centre, les pavés en V sont lamellisés pour mieux adhérer sur les sols enneigés.

MICHELIN

Pas de grande surprise sur le stand bleu nuit de Michelin. Le manufacturier présentait ses produits les plus récents, avec en première ligne pour les TC4, l’Alpin 5 et le Latitude Sport 3 pour les 4x4 et SUV. Il annonçait que la gamme du Primacy 3 ZP (run-flat) comprend désormais 10 tailles en 16 et 17 pouces (indices de vitesse H, V et W), et qu’elles étaient toutes notées F/B. Le pneu pour véhicule électrique Energy EV, qui est déjà disponible en 185/65R15 et 195/55R16 (A/A sur l’étiquette pour les 2 dimensions), gagne une dimension en 205/55R16. Comme il y a 2 ans, la voiture conçue par Spark Racing Technology et Renault pour le championnat de Formula E qui va démarrer en septembre à Pékin, servait d’attraction. Avec sa coque en carbone, elle ne pèse que 800 kg, dont 200 kg de batteries. Les pneus développés pour la course par Michelin, fournisseur exclusif, sont très différents de ceux de la Formule 1. Plus gros (245/40R18 à l’avant et 305/40R18 à l’arrière au lieu de jantes de 13 pouces en Formule 1), ce ne sont pas des pneus slicks pour résister au couple instantané du moteur électrique (0 à 100 km/h en 3 secondes). Les ingénieurs ont particulièrement travaillé la structure de la carcasse et de la ceinture ainsi que le mélange de gommes. En effet, les pneus présentent le même dessin de bande de roulement que le Pilot Sport Cup 2, également exposé. Pour les 2 roues, c’était évidemment le Pilot Road 4 GT qui était présenté, lancé en janvier dernier. Dans la famille des pneus industriels, Michelin avait choisi d’exposer le Bibload Hard Surface pour les chargeurs télescopiques évoluant majoritairement sur surfaces dures. De nouvelles dimensions sont attendues en 400/70R20 et 460/70R24 à partir de septembre et en 340/80R18 et 440/80R28 pour le mois de novembre. Le pneu X-Super Terrain + était exposé en 29.5R25, mais il existe aussi en 26.5R25 pour les engins de terrassement. Les pneus poids lourds étaient représentés par le pneu de remorque X Multi T, noté B/B pour ses deux dimensions 385/55R22.5 et 385/65R22.5 (69 dB), ainsi que le pneu courte et longue distance X-Multi D, disponible en 4 dimensions de 17.5 pouces, séries 75 et 70, toutes notées D/C.

NANKANG

Le Taïwanais Nankang revendique son enracinement en Europe, avec une présence commerciale qui remonte déjà à 35 ans et 35 à 40 % de son CA réalisé sur le Continent. Ses pneus hiver sont aujourd’hui testés en Finlande et son pneu Econex Eco-2+ a été certifié par l’organisme allemand TÜV Süd. Sur l’étiquette, la plupart des dimensions (14 à 19 pouces) reçoivent un B en freinage sur route mouillée et C ou E en RR. Au salon, Nankang présentait d’ailleurs 2 nouvelles gammes conçues pour les marchés européens. L’AS-2 succède à l’AS-1. Il se positionne comme un pneu sport UHP, crédité d’un B en freinage sur route mouillée, et qui sera proposée dans des dimensions allant du 17 au 22 pouces. Le NA-1 va lui remplacer le XR611. Plus typé confort, il sera lui aussi lancé à l’automne et la gamme comprendra des produits de 15 à 19 pouces.

NEXEN

Le Coréen a profité du salon pour annoncer une garantie de 365 jours pour la plupart de ses profils. Elle concerne évidemment les nouveaux pneus lancés cette année. La gamme N’blue HD devient N’blue HD Plus. Comme l’indique le “Plus”, l’ensemble des performances a été amélioré. Le pneu exposé en 235/55R17 était ainsi noté C/B/69 dB. L’éventail dimensionnel est large avec 54 dimensions du 14 au 17 pouces. Le Winguard Snow G WH2 faisait également sa première apparition. Nexen a dessiné une bande de roulement en V très lamellisée, avec des rainures qui s’élargissent sur les épaules pour évacuer la boue et la neige. Il sera commercialisé pour cet hiver en 35 dimensions du 14 au 17 pouces. Le manufacturier exposait également son concept Green Hive, qui a remporté l’International Design Excellence Awards (IDEA) cette année. C’est une roue touten- un sur laquelle les ingénieurs de Nexen ont travaillé. La jante est en acier et les flancs en caoutchouc. La bande de roulement présente une structure alvéolaire, composée de blocs hexagonaux, qui se caractériserait par sa dureté et sa bonne résistance aux chocs. Cet anneau est interchangeable et il se glisse sur la roue, dont la circonférence métallique est perforée pour que la bande de roulement puisse conserver de la mobilité. Un troisième anneau, qui est également interchangeable et peut être coloré, est inséré à l’intérieur de la roue. Dommage que Nexen ne fournisse pas plus d’explications sur les avantages. En tout cas, le résultat est effectivement plutôt esthétique.

PETLAS

Pour Petlas, la sécurité passe avant l’efficacité énergétique et la nuisance sonore, qui sont les trois critères retenus par l’étiquette des pneumatiques. Le manufacturier exposait plusieurs pneus notés A en freinage sur le mouillé. Dans la gamme PL, ce fut le cas du Progreen SH 10 dans la dimension 295/80R22.5 (C en RR et 72 dB pour le niveau de bruit extérieur) et du GS 300 de Starmaxx, l’autre marque de Petlas, en 215/75R17.5 (E en RR et 71 dB). En TC4 sous la gamme Starmaxx, le A était de rigueur pour le Proterra ST 900 en 215/65R16 (F en RR et 71 dB) et du Provan ST 850 pour les camionnettes en 195/70R15 (E en RR et 72 dB).

PIRELLI

Toute la panoplie du savoir-faire de Pirelli était à l’honneur chez Pirelli. A commencer par la présence d’une Formule 1 de l’équipe Red Bull, gardée par 6 P Zero bien alignés, qui rappelaient son rôle de fournisseur exclusif jusqu’en 2016. Le manufacturier avait également choisi de faire un peu de pédagogie en montrant les différents matériaux qui entrent dans la composition d’un pneu (caoutchouc naturel, caoutchouc synthétique, silice, fil d’acier, noir de carbone, fils de nylon, d’aramide ou de rayon, etc.). Tout autour, les gammes étaient déclinées avec en TC4, deux nouveautés pour l’hiver, comme le Carrier Winter pour les camionnettes et l’asymétrique Winter Sottozerro Serie II. Pirelli exposait également ses nombreuses homologations en première monte, soit sous la forme de bandes de roulement découpées ou de roues complètes pour les plus récentes, de façon à ce que le marquage constructeur soit bien visible. Dans la catégorie des 2 roues, deux petits nouveaux faisaient leur apparition avec le sportif Sportec M7RR, qui succède au Sportec M5 Interact, ainsi que le ME 888 Marathon Ultra pour les grosses motos routières V-Twin. Ils étaient présentés aux côtés de l’Angel GT, un pneu Sport Touring à la longévité améliorée, le Tourance Next pour les grandes routières et le sportif mais routier Diablo Rosso. La gamme poids lourd n’était pas en reste puisqu’elle présentait en avant-première les versions améliorées des TR:01 (moteur) et FR:01 (directeur), qui deviennent TR:01II et FR:01II. Pirelli déclare avoir accru leur longévité et renforcé leur carcasse pour améliorer leur rechapage. Le FR:01II présente une zone de contact au sol plus large qui réduit l’usure et améliore la tenue de route, tandis que le TR:01II adopte le symbole du flocon à l’intérieur d’une montagne à 3 pics sur les flancs pour signifier qu’il peut rouler quelles que soient les conditions climatiques.

TRIANGLE

Triangle est passé en mode offensif au regard de ses nouvelles ambitions de « devenir le 1er manufacturier chinois, et de conquérir 2 % de part de marché mondial », a déclaré Manoj METHA, qui vient d’intégrer le comité de direction du Groupe, après une carrière chez Goodyear. Un défi qui semble à sa portée. L’année dernière, il était classé n°15 au classement de Neue Reifenzeitung avec un chiffre d’affaires d’un peu plus de 1,9 milliard d’euros, contre 2,9 milliards pour son compatriote ZC Rubber. Sa capacité de production est de 25 millions de pneus par an. « Nous voulons passer d’un modèle d’exportateur de pneumatiques à celui d’une société implantée mondialement », a expliqué Jenner POWELL, vice président du marketing de Triangle. L’homme est à la tête d’un nouveau centre basé à Shanghai, ouvert en juillet 2013 et qui doit mettre en musique la nouvelle stratégie du Groupe dans les quelque 160 pays où la marque est déjà distribuée. L’Europe est dans son collimateur, en particulier les marchés allemand, français et espagnol. Pour l’instant, le Royaume- Uni est de loin le principal débouché du manufacturier sur le Continent. Mais cette situation déséquilibrée est amenée à évoluer dans le bon sens. Un accord vient d’être signé avec l’importateur et grossiste belge Bedelco, qui a désormais la charge de la distribution exclusive des gammes TC4 et poids lourds pour l’Allemagne, la France, la Belgique, le Luxembourg et la Roumanie. Dans ce nouveau cadre, le catalogue va désormais se concentrer « sur les pneus qui sont importants pour le marché », a révélé Jenner POWELL. Pour les pneus poids lourds, où Triangle à développé des produits principalement pour des applications longues distances et les bus (interurbains et citadins), cela veut dire que l’accent sera mis notamment sur l’usage régional. C’est déjà le cas avec le nouveau TRD06 présenté au salon, qui se positionne comme un pneu moteur pour moyennes et longues distances. Le dessin de sa bande de roulement se compose de rangées de pavés quasi rectangulaires reliés entre eux par une barrette de gomme pour réduire l’usure. Cinq dimensions sont disponibles pour l’Europe en séries 80 et 70, avec une largeur de bande allant de 295 mm à 315 mm. En 315/70R22.5, il est noté B en freinage sur route mouillée et D en RR (72 dB pour le niveau de bruit extérieur). Dans le domaine des pneus tourisme et camionnettes, Triangle veut corriger la couverture dimensionnelle de ses gammes, notamment pour les petites tailles et celles au-delà du 17 pouces, ainsi que structurer son offre sur les segments UHP (comme le TR 968), premium (TR 918) et budget (TR 928). Ainsi, 3 nouveaux pneus sont lancés à l’occasion de Reifen. Le TH 201 se positionne comme un produit UHP. A la différence du TR 968 qui était un pneu directionnel, il adopte une bande de roulement asymétrique pour des performances plus équilibrées. Triangle a prévu de développer 13 dimensions pour l’Europe, du 16 au 18 pouces en séries 55 à 35. Il sera suivi du TR 978 sur le segment premium. Egalement présenté à Reifen, le TE 301 se positionne comme un produit budget. Il sera disponible en 20 dimensions du 13 au 17 pouces en séries 70 à 50. Enfin, Triangle exposait également le nouveau TR 652, destiné à équiper les véhicules utilitaires de type combi, ainsi que les minibus. Sa longévité a été améliorée en comparaison du TR 645. Il existe en 3 dimensions pour l’instant de 15 et 16 pouces, qui seront complétées par 9 autres du 14 au 16 pouces en 2015. « Les prochains produits qui seront lancés cibleront les SUV et les véhicules utilitaires légers », a déjà prévenu Manoj METHA.

YOKOHAMA

Avec son pneu géant peint aux couleurs d’un ciel bleu parsemé de nuages, et son concept de voiture électrique Aero-Y, le stand de Yokohama avait de quoi attirer le regard des visiteurs. Ces derniers pouvaient y découvrir le concept BluEarth-EV, un pneu développé spécialement pour les véhicules électriques et présenté en 225/40R18 (88W). Outre sa faible résistance au roulement, il se distingue des autres par des ailettes sur la face intérieure, qui améliorent l’aérodynamisme du pneu. Cette évolution technique illustre les bénéfices obtenus par son travail de modélisation des turbulences de l’air et des ondes acoustiques qui sont générées en roulant. Il a d’ailleurs été récompensé par un trophée de l’innovation à ce sujet dans le cadre du salon Reifen. Comment ne pas sourire en découvrant la version du pneu silencieux de Yokohama : un présentoir en plastique blanc cerclé de blocs de mousse grise. C’était peut être un clin d’oeil à Pirelli, Continental, puis Goodyear qui ont chacun leur tour communiqué sur cette innovation cette année (sans rien exposer sur le sujet au salon d’ailleurs). Côté produits, la grande majorité des nouveaux pneus exposés avait déjà été présentée au salon international de l’automobile de Genève 4 mois plus tôt, à l’exception du pneu hiver pour 4x4 et SUV Geolandar I/T-S, qui est une évolution du Geolandar I/T + mais intéresse principalement les marchés russe et scandinave. On pouvait donc revoir l’ADVAN S/T, retenu en première monte sur le G-class de Mercedes, l’ADVAN Sport V105 adopté par la Porsche Panamera, le pneu hiver alpin W*drive V905, les ice- GUARD Stud iG55 et iceGUARD Studless iG50 également destinés aux marchés nordiques. Il fallait donc regarder en direction des pneus d’exception pour du neuf, à l’instar du très design Neova AD08 R, qui s’affirme ainsi comme une évolution du prestigieux Neova AD08. Les ingénieurs du groupe japonais déclarent avoir injecté de la microsilice dans le mélange de gommes et renforcé les flancs pour bonifier l’adhérence et la tenue de route. Il devient donc le produit le plus performant de Yokohama, ciblant une clientèle haut de gamme, en quête de sensations fortes à bord de voitures puissantes. Le pneu, noté B en freinage sur route mouillée et F en RR pour la dimension 265/35R18, est proposé en 29 dimensions du 15 au 19 pouces, en séries 55 à 30, indices de vitesse V et W. Enfin, Yokohama présentait le pneu qui va concourir en WTCC cette année. L’Advan A005, qui existe en 17 et 18 pouces, était exposé en 250/660R18. Pas de grands changements dans la gamme poids lourd non plus. La présence d’un seul pneu génie civil méritait néanmoins qu’on s’y arrête. Le RB31 est effectivement un nouveau produit, destiné à équiper les tractopelles sur sol dur. Exposé en en 23.5R25, il va arriver sur le marché à partir de septembre.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle