S'abonner
Marché

Pneus hiver et SUV en vedette à Genève

Publié le 4 avril 2014

Par cynthia
9 min de lecture

Cette 84ème édition du salon suisse a marqué le lancement de modèles stratégiques pour les constructeurs hexagonaux, principalement sur le segment A. Mais pour les six manufacturiers présents, les priorités étaient ailleurs. Ils concentrent leurs nouveautés sur le segment des 4x4 et SUV, jugé plus porteur, et, comme chaque année à Genève, sur les gammes hiver. 

Cocorico. Les petites voitures françaises étaient à l’honneur cette année. Les nouvelles Peugeot 108/Citroën C1 (fabriquées en République tchèque avec la Toyota Aygo) et Renault Twingo 3ème génération ont brillé sous les projecteurs. Mais elles doivent reprendre du terrain à la concurrence.
Elle est nombreuse sur ce segment qui ne représente pourtant que 10 % des immatriculations en Europe. On y trouve les Volkswagen Up !, Seat Mii, Skoda Citigo et autres Fiat 500 et Opel Adam, qui ont une fâcheuse tendance à tirer leurs propositions vers le haut, ce qui oblige les Françaises à s’aligner en terme d’équipements, tout en conservant une offre de prix en adéquation avec leur image. Parmi les autres modèles remarquables du salon, figuraient également la Citroën C4 Cactus, qui inaugure une nouvelle stratégie de la marque aux chevrons dans le domaine des voitures essentielles, se positionnant à 13 950 euros, moins chères de 1450 euros que la Peugeot 2008, avec le même moteur 3 cylindres 1.2 L de 82 ch. Peugeot présentait le break 308 SW, qui affiche un coffre de 610 litres parmi les meilleurs de sa catégorie. Trêve de chauvinisme, les autres constructeurs avaient également de belles surprises. BMW lançait par exemple le Serie 2 Active Tourer. Un événement pour le constructeur munichois, puisque le véhicule multiplie les premières : nouvelle plateforme, premier monospace de la marque, premier modèle à roues avant motrices de la marque. Et en plus, il va même adopter le 3 cylindres essence de Mini. Audi exposait la 3ème génération de son coupé TT et une sportive S1. Volkswagen a présenté une Polo restylée, et surtout une Golf GTE, qui associe un moteur 1.4 TSI et un autre électrique d’une puissance combinée de 204 ch. Cette hybride dotée d’une boîte de vitesses DSG automatique à 6 rapports et triple embrayage, pourrait parcourir 939 km sans s’arrêter à la station-service et 50 km en mode électrique seul. Mercedes a exposé une nouvelle Classe C qui la distingue mieux de la CLA, en se rapprochant de la Classe S.

SUV du futur

Chez les manufacturiers de pneumatiques, l’offre contrastait avec celle des constructeurs, mettant l’accent sur les pneus pour SUV. Logique, ce dernier segment continue d’avoir la cote, même si l’année 2013 a marqué un ralentissement de la production de cette catégorie de véhicules en Europe, « en raison d’un déstockage effectué par les constructeurs, d’un effritement des ventes de gros SUV (notamment chez Volkswagen) et de la fin de vie du leader de la catégorie (Nissan Qashqai) », remarque Inovev. Sur le Continent, le groupe Volkswagen a dominé cette catégorie de véhicules en 2013, devant le groupe Renault-Nissan qui a maintenu ses positions grâce aux bonnes ventes du Dacia Duster et à l’arrivée du Renault Captur. Mais le nouveau Nissan Qashqai lancé en début d’année promet une bataille acharnée en 2014, même s’il semblerait que les petits SUV sont les plus porteurs, comme l’indiquent le Nissan Juke restylé et le Renegade de Jeep, conçu sur la plateforme du Fiat 500L, tous les deux présentés à Genève en avant-première. Ainsi, Apollo Tyre accompagnait cette tendance. Le Groupe a profité du Salon pour lancer au niveau mondial sa nouvelle gamme de pneus été pour SUV Apterra, développée par les ingénieurs de son centre de R&D hollandais. Cette famille comprendra un profil routier Apterra H/P, un autre tout-terrain Apterra A/T pour les 4x4, et un dernier Apterra H/T pour la conduite sur autoroute. Commercialisé depuis avril, l’Apterra H/P est disponible depuis avril en 9 dimensions du 16 au 18 pouces (indices H et V). Apollo, tout juste remis de son divorce avec Cooper Tire, a déclaré que d’autres nouveautés seront lancées cette année. Rendez-vous donc à Reifen en mai pour en savoir plus. Goodyear encourage la créativité. Le Groupe a présenté un concept de pneu à double empreinte, qui a pour vocation d’équiper « les SUV du futur ». Ce fut effectivement le cas à Genève sur l’Intrado, le nouveau concept de CUV de Hyundai, également présenté en avant-première. Goodyear indique que cette technologie, qui n’a pas encore été baptisée, consiste à creuser une large et profonde rainure centrale sur toute la circonférence de la bande roulement, ce qui permet de réduire la zone de contact au sol, et donc d’abaisser la résistance au roulement. Son autre avantage est de faciliter l’évacuation de l’eau et de la boue, afin de réduire l’effet d’aquaplanage. Contrairement à d’autres concepts, la technologie Goodyear ne s’est pas contentée pas de réunir deux petits pneus sur une jante, puisque ce concept pneu est constitué d’une seule carcasse pour pneumatique SUV. « Cette approche permet au pneumatique de supporter la charge du véhicule tout en offrant tous les avantages d’un pneu à double empreinte », déclare l’entreprise dans un communiqué. Le Groupe fait valoir que ce concept permettrait de réduire le poids total du pneu et la quantité de caoutchouc nécessaire à sa production. Ses designers ont également travaillé les textures de surfaces. Elles peuvent être hydrophobes (Auto-Clean Hydrophobic) ou développer des propriétés d’isolation acoustique. Le pneu concept à double empreinte peut aussi adopter un système de chambres à air jumelées (Twin Air Chambers), connectées par le biais d’un système de valves, qui permettrait au pneu de continuer à rouler à 80 km/h sur une distance de 100 km après la crevaison de l’une des deux chambres à air. Autant d’idées parmi d’autres que Goodyear a voulu exposer pour susciter la réflexion. Mais pour le pneu à double empreinte, le Groupe ne prévoit pas d’applications en série. Une invasion des puces dans les pneus est déjà plus probable dans un avenir proche. Et Goodyear se déclare déjà prêt à accompagner cette évolution, suivi de près par d’autres manufacturiers tels que Michelin, Pirelli, Yokohama, Kumho et Nokian, notamment. Un autre pneu concept était exposé pour présenter sa technologie « Chip-in-tire Technology ». Son principe est celui d’une puce communicante intégrée au pneu, qui sert de capteur de température et de pression, et de marqueur RFID. « Les propriétés des pneumatiques peuvent présenter d’importantes variations, et le type de pneu, le gonflage et la température jouent un rôle important », déclare Marc ENGEL, ingénieur senior chez Goodyear Dunlop. « Lorsque le véhicule connaît ces propriétés dynamiques, ses systèmes de commande peuvent en tenir compte pour accroître les performances globales ». Ainsi, la puce transmet les informations recueillies en roulant au système informatique central d’un véhicule, qui peut alors affiner automatiquement les algorithmes de commande longitudinale et latérale du système ESC (système de contrôle électronique de la trajectoire), afin d’obtenir des performances de conduite optimales. Selon Goodyear, ce pneu concept réalisé sur la base d’un Dunlop Sport Maxx RT avec la société allemande Huf, permettrait de réduire la distance d’arrêt lors du déclenchement de l’ABS, d’améliorer la réponse en virage, d’accroître la stabilité en lacet et d’optimiser les systèmes de commande de stabilité grâce aux données fournies par le pneu. Parce que la puce est intégrée dans le pneu et non sur la jante, les informations spécifiques au pneu peuvent être incorporées dans la puce (modèle, dimensions, DOT, etc.). L’insertion dans le pneu permet également d’éviter d’endommager la puce pendant le montage, ce qui n’est pas le cas avec les systèmes installés sur le corps de valve. Mais Goodyear souligne qu’aucune date de commercialisation n’est encore prévue à ce stade du développement, ce qui signifie que les constructeurs ne sont pas encore convaincus par cette technologie, qui augmenterait le prix des pneumatiques, sans offrir une valeur ajoutée perceptible par les usagers. Pour le Groupe, les notes de l’étiquette pèsent dans les décisions d’achat des consommateurs et elles influenceront en particulier les propriétaires de SUV. Au salon, il a donc mis en avant ses pneus les mieux classés, comme l’EfficientGrip SUV, exposé à Genève en 215/50 R17, une dimension créditée d’un B en résistance au roulement et d’un A en freinage sur sol mouillé, ou l’Eagle F1 Asymmetric SUV, qui vient renforcer ces bons résultats avec un BB. «Depuis deux ans, le développement de pneus répondant aux exigences de l’étiquetage européen des pneumatiques est l’une des grandes priorités de Goodyear », a confirmé Michel RZONZEF, vice-président pneumatiques Consumer de Goodyear EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique). «Nous élargissons aujourd’hui notre offre pour mettre nos technologies innovantes au service du marché des SUV et cross-over ». « Ce segment est sousérieuvent considéré comme un défi en matière de consommation de carburant. Avec sa croissance, la demande pour des pneumatiques bien notés à l’étiquetage va elle aussi évoluer ». Comme à son habitude pour se distinguer de Goodyear, Dunlop a fait valoir ses gênes sportifs avec les Sport Maxx RT et Sport Maxx Race, homologués comme équipements d’origine sur plusieurs modèles AMG (C 63 AMG Coupé Black Series, A 45 AMG, CLA 45 AMG, SLS AMG GT «Final Edition»). La marque exposait également ses pneus de compétition qui équipent la Mercedes-Benz SLS AMG GT3, auréolée de très nombreuses victoires dans le championnat d’Endurance VLN sur le circuit du Nürburgring, et de la première place aux 24 heures du Nürburgring en 2013.

Beau temps pour les gammes hiver

Yokohama est dans le sillage de Goodyear avec son nouveau BluEarth-A (AE-50), baptisé ainsi pour rappeler que la plupart des dimensions de cette famille de pneus été sont notées A en freinage sur route mouillée (C en RR). Son profil asymétrique est plus proche du BluEarth-1 que du BluEarth AE-01. Le manufacturier déclare avoir utilisé un nouveau mélange de gommes qui augmente particulièrement son adhérence, ainsi que sa résistance à l’abrasion. Sur son stand, où figurait également son concept de véhicule sportif AERO-Y qui fait la synthèse de ses solutions pour l’industrie automobile, d’autres nouveautés étaient exposées. En effet, le Salon de Genève arrive au bon moment pour lancer les nouveaux pneus hiver de la prochaine saison, même si la tenue en mai de Reifen, a probablement freiné les manufacturiers de trop en dévoiler. Yokohama a ainsi présenté son pneu hiver « W*drive V905 », qui succède au « W*drive V902A/B », lancé en 2007. Son profil est désormais directionnel. Il s’affranchit des traditionnels canaux centraux de la circonférence pour évacuer l’eau et la boue, leur préférant un entrecroisement de rainures orientées du centre vers les épaules. Le manufacturier précise que son mélange de gommes à base de microsilice et que son poids inférieur à son prédécesseur, contribuent à réduire sa résistance au roulement. Il a prévu de la produire dans des dimensions allant du 15 au 18 pouces. Pour les marchés d’Europe du Nord et la Russie, il a dévoilé un nouveau pneu clouté iceGUARD Stud iG55 (13 au 20 pouces). Les ingénieurs japonais ont complètement revu son profil, le mélange de gomme et la forme des clous, avec au final, une amélioration sensible des performances sur la glace et une meilleure tenue des clous dans la bande de roulement. Le stand de Bridgestone était plus que jamais placé sous la thématique du respect de l’environnement. Une BMW i3 était là pour rappeler aux visiteurs que le porte-drapeau écolo de la firme bavaroise roule avec ses pneus hauts et étroits Ecopia EP500 depuis novembre 2013. A la fin février, elle aurait enregistré un peu plus de 11000 commandes au niveau mondial. Un bon score pour une voiture 100 % électrique. A ses côtés, une petite monoplace de Toyota chaussait les pneus sans air de la compagnie, façon de témoigner de l’état d’avancement de ses recherches et de faire un appel du pied aux constructeurs pour qu’ils envisagent sérieusement cette solution. Un écran de 300 m2 diffusait un film vantant les engagements de Bridgestone en faveur de l’environnement et d’une société plus durable. Côté produits les projecteurs étaient dirigés sur le nouveau Blizzak LM001, qui sera commercialisé en septembre 2014, en Europe de l’Ouest et continentale, ainsi que sur les marchés nordiques. Ce pneu hiver directionnel sera, dans un premier temps, disponible en sept dimensions, les plus courantes pour les voitures compactes et moyennes. L’offre sera progressivement complétée en 2015 (plus de détails dans les pages Nouveaux produits de votre magazine). Aux côtés du Blizzak LM001, Bridgestone exposait également l’ensemble de sa gamme hiver, avec notamment les nouveaux Blizzak LM-32s pour les voitures puissantes aux jantes larges et Blizzak LM-80 EVO pour les 4x4 et SUV. Bridgestone ne présentait pas de nouveaux pneus été, se réservant probablement pour le salon Reifen de mai à Essen en Allemagne, comme les autres. Le groupe présentait donc ses fleurons, comme l’Ecopia EP001S, noté A/A en résistance au roulement et en freinage sur route mouillée, le pneu tourisme premium Turanza T001, le run flat Potenza S001 RFT et le pneu sportif urbain Potenza Adrenalin RE002.
En prévision du prochain hiver Continental avait évidemment réservé une place de choix aux nouveaux WinterContact TS 850 P et WinterContact TS 850 P SUV, qui vont graduellement remplacer les ContiWinterContact TS 830 P et ContiCrossContact Winter, sans augmentation de prix à la clé, a souligné le manufacturier. Déjà détaillés dans la dernière édition du magazine Le Pneumatique, ces pneus hiver UHP pour les voitures puissantes démontrent des capacités renforcées de 5 % en terme de tenue de route sur la neige, grâce principalement à la nouvelle forme des blocs situés sur l’intérieur des épaules, et de 5 % pour le freinage tant sur le sec que sur le mouillé. Le WinterContact TS 850 P sera proposé à partir de cet automne du 16 au 20 pouces (de 205 à 275 mm de large). Sa déclinaison pour SUV bénéficie d’une carcasse renforcée et d’une bande de roulement plus sculptée, qui évite la rétention de graviers. Les deux pneus viendront compléter une gamme hiver également composée des WinterContact TS 850 et WinterContact TS 800. Le ContiCrossContact Winter a également encore de beaux jours devant lui avec 35 dimensions disponibles pour des jantes allant jusqu’au 22 pouces et des largeurs de bande de roulement de 175 à 295 mm. Continental exposait également l’intégralité de sa gamme été de pneus SUV et 4x4, qui va gagner cette année 15 nouvelles dimensions dans ses différents profils : Conti4x4Contact, Conti4x4 SportContact, ContiCrossContact AT et ContiCrossContact LX Sport.
Les P Zero de Pirelli étaient « une fois n’est pas coutume » très présents à Genève. Ils équipaient 64 % des véhicules de Prestige dévoilés lors du salon. C’est encore mieux que l’an dernier. Le manufacturier joue des coudes pour gagner des parts de marché sur ce segment très prisé en terme d’image. Il a choisi de personnaliser ses produits. Ainsi, les pneus P Zero sont testés et homologués par les ingénieurs qui ont eux-mêmes conçu les véhicules, et pour en attester, ils reçoivent un marquage propre à chaque constructeur sur les flancs. Cette approche du « sur-mesure » génère de la complexité. Alors que le Cinturato P7 a reçu 170 homologations en 5 années d’existence, le P Zero en a obtenu 380 depuis 2007. Cela signifie qu’en seulement 7 années, les ingénieurs Pirelli ont conçu et développé 380 versions différentes de la gamme P Zero. On pouvait d’ailleurs les voir montés sur des modèles emblématiques de cette 84ème édition du Salon de Genève, comme les Ferrari California T, Lamborghini Huracan et McLaren 650S. Pirelli était également le mieux représenté sur le segment Premium, équipant 27 % des véhicules exposés avec ses P Zero et Cinturato P7 notamment, contre 19 % pour le premier concurrent, dont l’identité n’a pas été révélée... C’était effectivement le cas sur les nouveaux Audi TT, S1 et S3 cabriolet, la dernière génération de BMW X5 (F15), les Mercedes Classe C et S600, ainsi que les Jaguar F-Type, XFR et XJR. Sur le stand, les P Zero étaient aussi à la fête, avec notamment le sportif P Zero Trofeo R, qui équipe la Chevrolet Camaro Z/28 en P305/30/ZR19 et lui fait gagner 13 kg sur la balance. Pirelli exposait également sa gamme Scorpion de pneus SUV, dont le Scorpion Verde, ainsi que son dernier pneu hiver Sottozero 3, lancé l’année dernière. Le Groupe n’avait pas oublié de rappeler au visiteur qu’il était le fournisseur exclusif des pneus du championnat de Formule 1, comme en témoignait la présence d’une monoplace de l’écurie Red Bull.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle