S'abonner
Manufacturiers

Les usines du groupe Michelin touchées par la guerre en Ukraine

Publié le 4 mars 2022

Par Romain Baly
< 1 min de lecture
Comme plusieurs constructeurs automobiles, Michelin est touché par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Des problèmes logistiques contraignent le groupe à stopper la production de plusieurs usines.
Ces arrêts devraient concerner la "majorité" des sites européens du groupe. ©Michelin

Quelques heures après Nokian Tyres, qui a annoncé relocaliser une partie de sa production russe en Finlande et aux États-Unis, c'est au tour de Michelin d'être indirectement impacté par la guerre qui sévit en Ukraine.

A l'image des constructeurs automobiles Volkswagen et BMW, le manufacturier tricolore va arrêter la production de certaines de ses usines en Europe à cause de problèmes de "logistique" liés à "la grave crise qui se déroule actuellement en Ukraine", a indiqué jeudi le manufacturier.

Des arrêts d'une durée de "quelques jours"

"Pour optimiser ses opérations et adapter la gestion de ses flux, le groupe a décidé d'arrêter la production de certaines de ses usines en Europe, pour quelques jours, au cours des prochaines semaines", a précisé le groupe dans un communiqué.

"Chaque site décidera de la durée spécifique et des modalités de mise en œuvre" mais ces arrêts devraient concerner la "majorité" des sites, a précisé un porte-parole du groupe à l'AFP.

Un millier de salariés à Davydovo

"En raison de la crise actuelle, et comme de nombreux acteurs industriels en Europe, le groupe Michelin fait face par ailleurs à des difficultés importantes en matière de logistique et de transport pour approvisionner ses usines et livrer ses clients", a souligné le groupe.

En Russie, un millier de collaborateurs du groupe français fabriquent des pneus à Davydovo près de Moscou, et l'usine fonctionne "en mode dégradé".

Lire aussi : Guerre en Ukraine : quelles conséquences pour le pneumatique ?

Le groupe a également une douzaine de collaborateurs commerciaux en Ukraine. Michelin "exprime son soutien aux victimes de ce conflit" et "met tout en œuvre pour accompagner ses salariés concernés", précise le groupe. (Avec AFP)

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle