S'abonner
Marché

L’esprit classic !

Publié le 8 mars 2023

Par admin143666
8 min de lecture
Aux côtés des gammes collection des manufacturiers généralistes, le marché des pneumatiques d’époque révèle un segment protéiforme aux frontières subtiles, organisé autour de quelques spécialistes reconnus. Des fabricants, des grossistes et des distributeurs structurent aujourd’hui un marché français à la croisée de l’art et de l’élégance.
Le segment des pneus d’époque représenterait environ 0,5 % du marché global français, soit un volume de ventes annuelles compris entre 30 000 et 40 000 unités.

La première difficulté du marché des pneumatiques d’époque repose sur la définition même du véhicule de collection. "La notion reste difficile à identifier", confirme Maxence Membré, directeur des achats de 1001pneus. Le segment répond à un cadre légal. La réglementation prévoit que tout véhicule de plus de 30 ans peut bénéficier d’une carte grise collection, mais la réalité est plus nuancée. Un modèle neuf peut se révéler exclusif ou atypique. À ce titre, il sera déjà considéré comme un "collector" ou "classic" avant l’heure.

L’univers des anciennes doit aussi prendre en compte un autre phénomène. Celui-ci est lié cette fois aux pneumatiques des youngtimers, dont les dimensions peuvent se retrouver sur des véhicules récents. Il concerne les modèles produits dans les années 80 à 90, notamment les sportives comme les GTi ou les roadsters. Face à ces tendances, les voitures populaires des années 50 et 60 continuent d’alimenter l’essentiel du marché des pneumatiques de collection. Là où les voitures de l’entre-deux-guerres composent un segment plus spécifique, à la croisée des passionnés et des investisseurs, observe Dominique Stempfel, président du Syndicat du Pneu.

collection pneus

Fabriquées à la main, les enveloppes de collection s’affichent en moyenne 25 % plus chères que les versions modernes.

Les véhicules de collection regroupent des modèles maintenus dans un état historique "correct", faisant partie du patrimoine culturel et technique, résume Bruno Coué, expert de la gamme Michelin Collection. Toutes tendances confondues, les études menées par la FFVE, en concertation avec les clubs et les associations de véhicules anciens, conduisent à évaluer le parc roulant à 710 000 modèles, soit 2,5 % des voitures en circulation. Une goutte d’eau dont la particularité est un kilométrage annuel estimé à 1 071 km !

Afin de permettre à un maximum de modèles de continuer à rouler, le tricolore a maintenu la production de pneumatiques et chambres à air (pour des modèles antérieurs à 1975 équipés d’enveloppes tubetype). Les gammes de l’industriel sont organisées autour d’une offre "raisonnée" de 120 dimensions homologuées pour un usage routier.

Un marché et des micro-niches

Selon les estimations, les enveloppes d’époque représenteraient environ 0,5 % du marché global du pneumatique. Un chiffre qui représente un volume de ventes annuelles compris entre 30 000 et 40 000 unités dans l’Hexagone. Derrière des chiffres stables, le segment doit composer avec de véritables niches, estime Bruno Coué. Il explique le faible nombre de manufacturiers généralistes présents. Aux côtés de Michelin, Dunlop, Pirelli et Vredestein jouent leur carte à une moindre échelle. Avon et Cooper s’immiscent aussi dans la bataille. Au total, 67 manufacturiers référenceraient au moins une enveloppe de collection dans leurs gammes.

Positionné sur le marché des pneumatiques historiques et de compétition, distributeur des gammes Michelin de collection depuis dix-huit ans, Dipropneu a réalisé l’an dernier 1,25 % de ses volumes sur ces segments. Des ventes saisonnières qui s’effectuent au printemps, en majorité par paires. "Le cœur du marché concerne 15 000 à 20 000 unités par an. Elles correspondent à des enveloppes destinées à des véhicules de 1920 jusqu’à la fin des années 70, analyse Julien Coupechoux, chef de produits de la société basée à Bondoufle (91). Ensuite, le segment s’hybride avec l’arrivée des youngtimers. »

Sur un marché marqué par des volumes limités, la segmentation habituelle (premium, quality, budget) s’affranchit des époques. Elle voit Michelin et Avon se positionner en première ligne à travers leurs gammes respectives TRX et semi-slick CR6ZZ, ou double rivet. "Sur ces modèles de pneus, la concurrence vient des canaux et des distributeurs, davantage que des manufacturiers", indique le responsable. En revanche, pour des dimensions plus répandues comme le 135 R15 monté sur les 2CV, les fabricants de référence sont rejoints par Toyo et une poignée de marques budget. Sur les enveloppes des youngtimers, la concurrence devient totale.

Le retour des manufacturiers

L’émulation gagne les fabricants généralistes. Ainsi, Dunlop a relancé le Sport Classic, destiné notamment aux Jaguar et aux Mercedes de la belle époque. Pirelli commercialise le P7 (pour les Ferrari et les Lamborghini) et le Cinturato, un profil radial destiné aux italiennes des années 60. De manière plus anecdotique, Bridgestone a ressorti les moules de la Jaguar XJ220 et de la Porsche 959, équipées en première monte par le manufacturier. Du côté de Michelin, 2 800 véhicules disposent d’une solution de pneumatiques validée (en indice de charge et de vitesse) par les équipes du manufacturier. Au-delà des profils classiques, la fabrication des profils à talons (destinés aux véhicules jusqu’en 1922) pour les pneus à tringle par exemple, est désormais assurée par des artisans anglais tels Blockley.

collection pneus

Le phénomène des youngtimers devrait contribuer à soutenir le segment des pneumatiques d’époque.

Car l’effort industriel pour maintenir de telles gammes au catalogue n’est pas anodin. "Nous devons recréer des moules à partir d’un pneumatique d’origine, explique Bruno Coué. Chaque pneu est fabriqué en petite série. Nous sommes sûr de la confection manuelle avec un contrôle à 100 % de l’uniformité." Les profils sont complexes, souvent lamellisés, et parfois cloutables. Sur ces applications hivernales, les solutions viennent aussi de l’appui de manufacturiers nordiques comme Nokian. Pour autant, la marque au Bibendum n’hésite pas à élargir son offre, en témoigne le lancement de pneumatiques à flancs blancs.

Au-delà de l’aspect purement esthétique, le profil suppose des études pour relancer un savoir-faire oublié. Le challenge se complète d’une réhomologation des gammes destinées à l’Europe, mais aussi aux États-Unis ou au Japon. Sur le plan technique, la fabrication des pneumatiques à l’ancienne impose quelques ajustements. Les enveloppes d’époque doivent résister aux UV, à l’ozone et aux craquelures. Elles intègrent de nouveaux ingrédients à base d’antioxydant afin de prolonger leur durée de vie. Contrairement à des profils modernes qui parcourent en moyenne 9 882 km par an (données 2020, Statista) et pourront être remplacés tous les cinq ans, un profil vintage sera en effet utilisé pendant plusieurs décennies.

Le rétrofit s’invite dans la collection

Pour autant, les pneumatiques doivent respecter les caractéristiques routières proches de l’origine, remarque Dominique Stempfel. Une enveloppe qui présente une adhérence latérale trop forte fera subir au châssis des efforts pour lesquels il n’a pas été conçu. Au volant, les pneus devront donc assurer une glisse progressive afin de correspondre à l’esprit des véhicules d’époque. Destinées notamment aux jusqu’au-boutistes de la restauration, les enveloppes de collection répondent à des dimensions authentiques, reprennent les dessins de l’époque, restent fidèles sur le plan esthétique à la bande de roulement, jusqu’aux flancs qui intègrent toutefois les obligations légales (liées à la charge utile, aux indices de vitesse et aux dimensions).

Une identification qui tourne parfois au casse-tête. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait plus de roues ni de caoutchouc, les voitures étaient équipées avec les moyens du bord, rappelle Bruno Coué. Michelin a donc conçu une interface en ligne pour retrouver la référence d’origine. Si elle n’existe plus, la proposition d’une alternative technique est validée. Car le marché des pneus d’époque tend à se développer, observe le responsable. Michelin affiche ainsi des progressions régulières à deux chiffres de ses volumes de ventes.

Les performances commerciales sont alimentées également par les évolutions des gammes, notamment celles associées aux modèles des années 90 et 2000 équipées en 13, 14 et 15 pouces, des dimensions qui avaient disparu des productions. Les familles se réinventent aussi autour du rétrofit des Méhari, des 2CV et des Fiat 500 d’origine (équipées en 125 R12) qui "déthermisent" leurs motorisations et relancent les productions de la première monte de l’époque.

L’influence des pure players

La dynamique toute relative conduit le segment à se structurer. Outre le regain d’intérêt des manufacturiers, les grossistes se positionnent, à l’image de Dipropneu. Les distributeurs s’organisent également. "Contrairement à l’Angleterre par exemple avec Longstone Tires ou Vintage Tyres, il n’existait pas en France de spécialistes des pneus de collection il y a encore dix ans", rappelle Bruno Coué. À présent, Pneucollection.com et les pure players comme Allopneus ou 1001pneus déploient leurs services. "Nous sommes sur un métier d’ultra-spécialistes, souligne Julien Coupechoux. Une poignée d’acteurs maîtrisent le sujet."

Pour chaque gamme des manufacturiers, le grossiste s’attelle à identifier les dimensions qui correspondent aux véhicules d’époque. La démarche suppose "une expertise indispensable". Face à des fabricants qui ne disposent pas toujours d’une équipe dédiée à ce segment, le distributeur contribue à structurer l’approche. "Beaucoup d’appels entrants sur notre plateforme sont liés à des conseils techniques. Face à une demande de pneu, nous vérifions la compatibilité avec le véhicule concerné au regard du montage d’origine ou optionnel. Et surtout, nous prenons en compte le modèle de jante installé, notamment sur des Alpine et des Porsche des années 70."

Les pure players contribuent à structurer le marché des pneus vintage.

Le responsable constate, lors des demandes d’information, qu’un véhicule historique sur trois n'afficherait pas les bons pneus. "Le savoir a disparu. Les revendeurs ont perdu la culture de la jante et de la roue complète, observe-t-il. Il faut aussi connaître l’usage qui s'annonce pour le véhicule". Un questionnaire précis est nécessaire afin de bien renseigner les clients. Sous peine de voir le pneu se déchirer ou exploser en raison d’une dimension non cohérente. Le conseil apparaît essentiel pour respecter le profil d’époque, ou s’orienter vers une enveloppe moderne qui respectera malgré tout l’esprit du modèle de collection.

Délaissé par les réseaux de pneumaticiens traditionnels, le segment se joue aussi du côté des pure players. Un profil qui ne se trouve pas auprès du garagiste ou du revendeur habituel fera l'objet d'une recherche en ligne. Avec 4 000 ventes, le site 1001pneus distribue huit marques (dont Nankang ou Camac pour les 2CV) et 400 références orientées vers la collection. Depuis 2018, la plateforme a vu ses performances commerciales multipliées par quatre. Les seules références emblématiques 125 R15 ou 135 R15 qui équipent les 2CV ont progressé de 30 % rien qu’en 2022.

Maxence Membré explique cet emballement par un effet post-Covid. Mais là aussi, ce segment témoigne de la difficulté à établir les frontières du marché des pneus vintage. "Sur cette dimension, les 2/3 des ventes proviennent des gammes collection des manufacturiers. Mais 1/3 des enveloppes est issu de fabricants asiatiques (fournisseurs des 2CV, des 4 L ou des Coccinelle) sans l’estampille “véhicule d’époque”."

L’évolution du marché en question

Si les pneus de collection contribuent à préserver le patrimoine roulant, ils assurent également une passerelle vers les gammes modernes. Les enveloppes d’époque constituent en effet un apporteur d’affaires à part entière pour les réseaux. Un collectionneur dispose bien souvent d’une voiture moderne, voire d’une flotte de véhicules de société dont les pneus devront être entretenus. Il fait aussi partie d’une communauté, avec des clubs qui échangent entre eux. Sur le plan commercial, les voitures de collection drainent une clientèle à forte valeur ajoutée. Outre un panier moyen plus élevé, elle est attentive à la qualité de service, abonde Maxence Membré.

Toutefois, partagé entre les oldtimers et les youngtimers, le marché devra maintenir sur la durée des dimensions qui sortent progressivement des barèmes des manufacturiers. Un enjeu, estime le responsable. Car le segment voit les gammes se raréfier. Les montes larges en 15 pouces des années 70, ou extra-larges en 16 et 17 pouces, n’existent déjà plus. Les youngtimers ne sont pas à l’abri non plus. Face à la multiplication des gammes modernes (été, hiver et toutes saisons), les manufacturiers généralistes opèrent des arbitrages industriels.

collection pneus

Les notions de disponibilité et de rapidité de livraison disparaissent sur les modèles de pneus classiques haut de gamme.

Pour Julien Coupechoux, "le secteur des pneus d’époque est en danger. Il devient trop petit pour les majors." Le constat conduit à travailler sur les équivalences dimensionnelles pour des enveloppes qui tardent à revenir chez les manufacturiers (destinées à des 205 Rallye, Saxo VTS, Gt Turbo…). Dès lors, le pneu d’occasion peut apparaître comme une alternative. Mais Bruno Coué met en garde face à cette solution. "Les pneus sont souvent vieux et potentiellement dangereux. Un mauvais stockage pouvant encore aggraver le cas d’une gomme devenue bien trop dure au fil des ans."

Sur un marché saisonnier et de loisirs, les perspectives de développement des pneus historiques se retrouvent forcément contraintes par le contexte économique et l’autophobie ambiante. Pour autant, la fréquentation du dernier salon Epoqu’Auto et les 100 000 visiteurs qui se sont pressés à Rétromobile (du 1er au 5 février 2023) témoignent de l’intérêt marqué pour les véhicules de collection, toutes générations confondues.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle