S'abonner
Distribution

Midas inaugure son centre parisien dédié à la mobilité électrique

Publié le 5 juin 2024

Par Romain Baly
4 min de lecture
Annoncée à la fin de l'hiver, l'ouverture du premier Midas dédié aux mobilités douces est désormais effective. Située quai des Célestins, dans le IVe arrondissement, cette implantation prendra en charge des voitures, vélos et trottinettes électriques.
Exploité depuis une dizaine d'années par un franchisé du réseau, le centre Midas City du quai des Célestins (Paris IVe) a été repris par l'enseigne qui l'a complètement transformé et modernisé. La devanture adopte un nouveau logo soulignant son apport pour les mobilités douces. ©Le Journal du Pneumatique

L'odeur de la peinture fraîche chatouille encore les narines. Preuve que les travaux viennent à peine de se conclure. Implanté à cette adresse depuis une dizaine d'années, le centre Midas City du quai des Célestins, dans le IVe arrondissement de Paris, n'a plus rien à voir avec ce qu'il était auparavant. Et sa transformation répond à une autre, bien plus vaste. Consciente des mutations qui s'opèrent dans la société et dans l'univers automobile – entre électrification du parc roulant, croissance des mobilités douces et mise en œuvre des ZFE aux quatre coins de la France – la filiale du groupe Mobivia a entamé sa mutation il y a quelques années.

En 2020, elle lançait le diagnostic des batteries. Deux ans plus tard, des e-révisions apparaissaient dans son réseau. Cette même année, le premier espace Cycloo (concept d'entretien et de réparation pour vélos et trottinettes) était inauguré à Lille. Enfin, depuis 2023, un vaste plan de formation visant à habiliter l'ensemble des techniciens aux véhicules électriques a été déployé. Pour compléter sa démarche, Midas a ainsi souhaité ouvrir un nouveau chapitre de son histoire avec une initiative tout à fait singulière.

Alors que son franchisé souhaitait s'en séparer, Midas a repris à son compte ce centre parisien. Avec l'idée aussi simple sur le papier que complexe à concrétiser d'en faire un laboratoire grandeur nature de ce que pourrait être demain son réseau. Son directeur général, Julien Gourand, a tenu à insister sur l'importance d'anticiper les évolutions en cours. "C'est essentiel pour nos clients, pour leur offrir la meilleure offre possible. Et c'est essentiel aussi pour nos franchisés, pour leur permettre de s'adapter à la transformation du marché."

Des services complémentaires proposés

Ressort ainsi de cette réflexion ce site flambant neuf. Celui-ci s'étend sur 100 m2 dans lequel évoluent cinq salariés. Moderne et épurée, la devanture, depuis laquelle on peut apercevoir Notre-Dame de Paris, laisse apparaître le logo Midas City associé à un rond bleu. Dans celui-ci, figurent une prise et les termes entretien, hybride et électrique. Voilà le pari de l'enseigne. Le centre du quai des Célestins a donc vocation à n'accueillir que des voitures électriques et hybrides pour de l'entretien courant. Et parce que l'automobiliste se transforme progressivement en "mobiliste", de la vente, de l'entretien et de la location de vélos et trottinettes, électriques bien sûr, sont également proposés.

À l'intérieur, la surface exiguë comprend trois espaces. Un premier qui sert d'accueil et de boutique avec des produits en libre-service. Vient ensuite un premier atelier pour la prise en charge des VE et des mobilités douces. Puis enfin, un deuxième pour les véhicules hybrides. Pour répondre aux contraintes du quartier, le centre dispose également de places dans un parking souterrain Indigo situé à une centaine de mètres. Les clients pourront aussi s'en servir pour laisser leur véhicule et le récupérer 7j/7 et 24h/24. Un service de jockeyage leur est également proposé.

Si le coût total de ce projet n'a pas été précisé, la direction de l'enseigne donne quelques clés de compréhension en cas de déploiement à plus grande échelle. Sur le plan de l'investissement, Midas souhaite que ce type de centre reste peu ou prou dans sa moyenne actuelle, à savoir environ 250 000 euros. Sur le plan de la rentabilité, la logique est identique alors que le chiffre d'affaires moyen d'un site s'élève à 800 000 euros par an. Pour ce tout premier, plus spécifiquement, un volume de 15 à 20 véhicules pris en charge quotidiennement est espéré dans quelques mois.

Entre 100 et 120 centres de ce type à terme ?

Les projections s'avèrent toutefois difficiles. Les VE ne représentent actuellement que 4 % des flux entrant dans le réseau du fast fitter. Mais avec l'apport d'un concept dédié, tant sur le fond que sur la forme, il est légitime d'imaginer ce taux augmenter sensiblement. C'est en tout cas le pari de Midas qui n'élude pas les interrogations entourant son initiative. "Encore une fois, on voit ce centre vraiment comme un laboratoire. On sait que certaines choses réussiront, d'autres échoueront, mais on estime que c'est notre devoir de franchiseur d'aller de l'avant" ajoute Julien Gourand.

À court terme, ce Midas City déploiera des services complémentaires. La recharge de véhicules, de la petite carrosserie ou encore des solutions de lavage seront notamment proposées. En complétant son offre, l'enseigne souhaite en outre capitaliser sur les flottes. La plupart d'entre elles ont réalisé ou entamé le verdissement de leur parc de véhicules. Midas le sait et entend devenir un véritable hub pour tous les besoins des entreprises.

A lire aussi : Norauto et Midas se démarquent grâce à Fleet Hub

Par ailleurs, alors que 40 % de son réseau est implanté en centre-ville, Midas mesure déjà l'intérêt de son projet auprès des siens. "Nos franchisés suivent de très près cette initiative, confirme le directeur général. Ils mesurent bien ce qu'elle pourrait leur apporter." Prudent sur l'échéance, l'enseigne estime qu'entre 100 et 120 de ses centres pourraient à terme ressembler à celui du quai des Célestins.

 

Les 100 m2 du centre laissent place à deux ateliers et un espace d'accueil et de vente en libre-service.

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle