S'abonner
Marché

Contrôle technique: les liaisons au sol toujours en cause

Publié le 24 mars 2015

Par Jérôme Fondraz
< 1 min de lecture

L'usure des pneus reste la première raison d'une contre-visite en 2014. Les conducteurs français semblent pourtant devenus plus soigneux avec leur véhicule. Le parc automobile vieillit et ils sont moins nombreux à devoir repasser au contrôle technique.

Les chiffres de l'OTC (Organisme Technique Central)  placent les liaisons au sol en tête une fois de plus des fonctions qui nécessitent une contre-visite, devant l'éclairage et la signalisation, le freinage, la pollution et le niveau sonore, la direction et les organes mécaniques.

 

Globalement, le taux de prescription de Contre-Visites pour les Véhicules Particuliers (VP) est en diminution par rapport à 2013, s'établissant à 18,43%, contre 19,05% en 2013. Pour les Véhicules Utilitaires Légers, il a baissé aussi, passant de 23,41% en 2013 à 22,22% en 2014.

 

La fonction Liaison au sol a représenté 9,52% des Visites Techniques Périodiques, soit légèrement moins qu'un au plus tôt (9,79%).

 

La première raison qui entraîne le plus de contre-visites est l'usure importante et/ou une différence importante d’usure sur l’essieu du pneumatique (5,62%). Un jeu important ou anormal de la rotule et/ou de l’articulation du demi-train avant arrive second (3,61%). Viennent ensuite, une déformation ou coupure profonde des pneumatiques (1,81%), des dimensions inadaptées des pneumatiques (0,89%).

 

L'année dernière, 6 215 centres ont réalisés 24,15 millions de contrôles techniques, dont 1,53 million ont concerné des véhicules utilitaires légers (VUL).

Partager : 

Sur le même sujet

cross-circle